Partagez | 
 

 Évangeline Fahrell • Sur les ailes du temps.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Évangeline Fahrell Date d'inscription : 09/03/2013 Messages : 87
Age : 21
Fiche de présentation : Sur les ailes du temps.
Sexe :
  • Féminin
Habitation : L'appartement de Barnabas Lichtenberg, dans le Centre.
Sexualité : Notion dont elle ne soupçonne même pas l'existence.
Métier : Aucun
Humeur : Rêveuse
avatar
Irréel
MessageSujet: Évangeline Fahrell • Sur les ailes du temps.   Dim 10 Mar - 1:34



Évangeline Fahrell

______



Carte d'identité

Nom ▬ Fahrell.
Prénom ▬ Évangeline.
Âge apparent ▬ 24 ans.
Âge réel ▬ 26 ans.
Statut civil ▬ Irréelle.
MétierDomestique au service de la maison Fahrell. MÀJ : aucun.
Sexualité et statut ▬ Ce sont là des notions dont tu ne soupçonnes même pas l'existence, et pour lesquelles tu n’éprouves d'ailleurs aucune curiosité.
Lieu d'habitationLe manoir Fahrell, situé dans le Centre, ainsi que dans le petit appartement du Quartier Sud de ton créateur le week-end. MÀJ : L'appartement de Barnabas Lichtenberg, dans le Centre.
Description physique ▬ Tu es comme de l'eau, Évangeline, claire, limpide, avec ta chevelure immaculée et tes yeux azurs qui semblent voir le monde au-delà de ce qu'il est. Ou comme un nuage, douce et aérienne jusque dans ta peau claire, tes geste gracieux et ta taille légère. Ou encore un papillon, éthérée, fragile, empreinte d'une beauté dont tu ne sembles même pas consciente. Mais tu as une particularité à la fois très curieuse et très triste, Évangeline : ton visage paraît incapable de refléter la moindre expression. Tu ne crois personne capable de concevoir à quel point c'est contraignant.


Caractère
Tu es étrange, Évangeline - insaisissable. Tu parais imperturbable ; constamment calme et sereine, comme si tu flottais dans un autre monde ou n'étais concernée qu'à demi par la réalité. C'est peut-être vrai, après tout. Peut-être bien qu'un seul de tes pieds touche terre, et que l'autre est posé ailleurs, on ne sait où, dans un endroit bien plus beau qu'ici. C'est ce qu'on peut être amené à penser après avoir croisé tes yeux d'un bleu profond qui semblent sonder les autres, comme s'ils étaient capables de voir ce qu'ils sont réellement au plus profond d'eux-mêmes. Ou peut-être que ce n'est pas du tout ça, peut-être que tu es tout simplement très rêveuse, au fond de toi. À moins que ce ne soit les deux en même temps ? Quoiqu'il en soit, il n'y a que toi pour en être sûre.

Peu de gens peuvent se targuer de te connaître réellement - et encore moins de te supporter. Ce n'est pas que tu fuies les autres, Évangeline, bien au contraire : c'est plutôt l'inverse qui se produit. Tout cela parce que tu es d'un naturel peu loquace et, de plus, souffres de troubles de la parole. Depuis ta naissance, personne, à part ton Créateur dont tu es bien souvent séparée, ne s'est réellement soucié de t'apprendre à t'exprimer de manière correcte. Alors tu écoutes, tu observes, et tu reproduis. Ou tout du moins, tu essaies. Il t'arrive souvent de commencer des phrases sans les finir, de buter sur des mots ou de mélanger la première et la troisième personne. Quelquefois, tu es même sujette à de courtes crises d'aphasie. C'est très dur pour toi, de se mettre au niveau d'expression du reste du monde - ça à l'air tellement facile, pour les autres - mais tu fais de gros efforts pour t'en montrer capable.

Et pourtant, malgré ta bonne volonté, il y a encore quelque chose qui constitue un obstacle dans tes relations avec les autres : ton inexpressivité. Là non plus, tu n'y peux pas grand-chose ; c'est comme ça que tu as été créée. Ton visage paraît lisse, impénétrable, incapable de refléter la moindre expression. D'aucun pourraient prendre cela pour de l'insolence, du désintérêt ou encore s'imaginer que tu ne ressens rien. Mais qu'ils se détrompent : tu n’es pas dénuée d'émotion, tu as tout simplement du mal à en éprouver. Ça ne se remarque pas à l'extérieur, mais tu es vivante au fond de toi, capable d'être heureuse, triste ou contrariée. Mais les sentiments demeurent encore une notion compliquée pour toi : les sourires, les larmes, les moues des autres relèvent du vrai mystère. Un mystère qui ne tiendra pas longtemps, Évangeline, tu en es convaincue. Curieuse comme un petit chat, tu cherches toujours à comprendre ce qui t'est inconnu et adores observer ce qui se passe autour de toi. De ce fait, tu as développé un sens de l'observation très pointu qui te permet notamment de remarquer des détails qui peuvent paraître insignifiants pour n'importe qui d'autre mais qui revêtent un intérêt tout particulier pour toi, ou encore de déceler les moindres changements sur le visage d'autrui. Certes, cette dernière faculté se révèle assez peu utile puisque tu es encore incapable de les interpréter, ces petites variations qui trahissent les émotions, mais tu te montres au moins capable de les remarquer, ce qui est déjà un pas en avant.

Tu es néanmoins parfaitement incapable de mentir. Tu te montreras toujours sincère en toute situation, car on ne t'as jamais dit que le mensonge existait - et tu n'as jamais soupçonné son existence de toi-même. D'ailleurs, tu es ignorante sur de nombreuses choses, Évangeline, parfois même les plus simples. Il faut dire que tes maîtres ne se préoccupent pas outre-mesure de ton instruction, tu apprends donc des choses en permanence lorsque tu passes du temps avec ton Créateur. Tu adores ça, pourtant, enrichir tes connaissances. Tu es une personne très réfléchie, qui ne s'emporte jamais, et médite toujours longuement ce qu'on lui dit. Tu fais très attention à tout, ce qui se remarque dans tes gestes qui sont lents et calculés, comme si tu craignais de briser quelque chose en te montrant trop brusque. Tu es très douce, d'aucun l'auront compris, parfois même un peu fragile pour une Irréelle.

Tu détestes tout ce qui affole trop tes sens, comme les lumières trop vives ou les flashes lumineux, les sons assourdissants, les saveurs trop relevées, les odeurs trop fortes ou les températures trop extrêmes. Tu ne te soucies pas réellement de manger non plus, exception faite pour les pommes dont tu apprécies le croquant et le goût acidulé. Tu affectionnes également la musique, que tu préfères douce et calme, ainsi que te nicher en hauteur. On te retrouvera donc fréquemment sur les toits ou en haut d'un arbre, où il est bien plus confortable de se placer pour observer ce qui se passe autour de soi, on en conviendra.

Beaucoup peuvent associer ton étrange attitude à un léger autisme, ce qui n'est pas faux en soi, mais ne justifie pas tout. Tu as des troubles de la parole, certes, et tes préoccupations ne sont pas exactement les mêmes que les autres, mais si tu possèdes au moins un moyen d'expression, c’est la création. Ta petite chambre, dans l'appartement de ton créateur, est remplie de couleurs du sol au plafond : c'est un véritable étalage d'œuvres faites de tes mains, conçues à partir d'une multitude d'objets récupérés, tels que des éclats de verre colorés, des morceaux de tissus ou de papier, du fil de fer, des emballages de bonbons ...


Histoire
Il s'appelle Julian Bressler, ton Créateur. Tu l'aimes bien, il est très généreux et fait toujours tout pour t'être agréable. Tu déplores de ne pouvoir le voir qu'aussi peu souvent. Mais ça, tu en connais la raison, même si tu ne le devrais pas. Tu as surpris une conversation, un jour, et depuis, tu sais tout.

Tu sais qu'un des grands pontes d'Edernys l'a payé très cher pour qu'il te crée illégalement, afin qu'il puisse soigner sa réputation et prétendre t'avoir trouvée et recueillie, toi, pauvre Irréelle abandonnée par son Créateur sans scrupule. Cet homme se nomme Helmet Fahrell et il t'offre généreusement un toit et un emploi. Jamais tu n'oserais aller contre lui, même si tu es bien plus heureuse le week-end quand tu retrouves ton Créateur dans le Quartier Sud. Monsieur Fahrell t'a toujours très bien traitée de toute manière, quel prétexte pourrais-tu trouver pour le trahir ? Tu ne sais même pas si tu veux réellement te retourner contre lui, d'ailleurs.

Tu ignores si tu es heureuse ou malheureuse, à son service. Tu obéis, tu travailles, et c'est tout. Tu trouves que sa femme, Angela, abuse de ta condition et n'a aucun remord à te faire travailler plus que tu ne le devrais, mais que pourrais-tu y trouver à redire ? Rien du tout. Alors tu t'exécutes.

Peut-être que ce qu'il te manque, c'est un peu de compagnie, de soutien dans cette grand demeure. Aucun des autres domestiques de la famille ne t'adresse la parole ou ne te témoigne de signe d'amitié, Monsieur Fahrell l'a défendu. Et la gouvernante, Rita, y veille férocement. Tu crois qu'elle te déteste. Si ça ne tenais qu'à elle, tu serais probablement déjà mise à la porte. Ce qui ne serait pas plus mal : tu pourrais enfin retrouver Julian. Lui a l'air d'être la seule personne capable de te comprendre en dépit de ton visage inexpressif.

La seule chose, ou plutôt la seule personne qui éveille ta curiosité, dans cette grande maison, c'est le fils unique de tes maîtres. Il s'appelle Alexander, et tu ne le croises que rarement bien que tu sois affectée dans l'aile où se trouve sa chambre. Tu crois que c’est parce qu'il est lieutenant, tu as déjà entendu Rita en parler. Tu ignores ce que c'est, mais il doit s'agir d'un métier à responsabilités. Ou alors très physique. Mais il est bizarre, Alexander. Il est distant avec toi, alors qu'il n'a pourtant pas interdiction de te parler - c'est bien le seul. Il est gêné ou il bafouille. Tu ne comprends pas pourquoi. Tu crois que ça t'attriste : c'est la seule personne à qui tu aies le droit de parler qui n'ait pas directement autorité sur toi. Tu aurais aimé que vous soyez plus proches que cela. Tu aurais aimé savoir qu'au moins une personne, dans ce manoir, est susceptible de t'apprécier. Mais ça n'a pas l'air d'être le cas. Peut-être qu'il ne t'aime tout simplement pas. Ou que tu le mets mal à l'aise. Qu'importe. Tu as décidé de ne plus t'en soucier. Tu te lèves, machinalement, jour après jour, tu fais ce qu'on te demande de faire, tu continues de jouer ton rôle de petite protégée de Monsieur Fahrell. C'est tout. Est-ce que c'est à cela que ressemblera toute ta vie ? Peut-être. Tu l'accepteras, s'il le faut, tant qu'on te laisse passer du temps avec ton Créateur. Rita l'appelle "la mère porteuse" mais tu n'as jamais compris pourquoi. Ça t'a turlupinée très longtemps, sans succès, alors tu as fini par laisser tomber.

Tu sais qu'il est artiste, mais ça non plus, ça n'a pas l'air de plaire à Rita. Elle pince les lèvres et elle dit des choses méchantes. Que ça ne sert à rien, que ça ne rapporte rien. Mais tu n'es pas d'accord. Si ça ne servait à rien d'être artiste, c'est un métier qui n'existerait plus depuis longtemps - n'est-ce pas ? Et puis, ce n'est pas vrai que ça ne rapporte rien. Tu ne sais pas trop ce que Rita entend par "ne rien rapporter", mais Julian a l'air cent fois plus heureux qu'elle avec sa guitare, ses "concerts sauvages" (tu ignores ce que c'est, mais il t'en a déjà parlé) et ses peintures. Il a l'air épanoui et il sait s'exprimer. C'est même lui qui t'y pousse. Alors non, ça ne rapporte pas "rien", pour toi.

MÀJ : une jeune femme nommée Roxane Verlet s'est présentée à la porte de Julian, et semblait tout savoir de la véritable manière dont vous traitait la famille Fahrell, autant lui que toi. Elle a alors convaincu ton Créateur de se livrer aux autorités pour vous libérer de cette situation, et de coopérer pour alléger sa peine. Tu seras, pendant ce temps, livrée à toi-même, mais Roxane a tenu à te confier à une personne en qui tu as confiance, et le nom de Barnabas Lichtenberg a été le seul auquel tu as songé.


Et sinon?
Pseudo ▬ toujours Floween.
Âge ▬ toujours seize ans aussi. MÀJ : dix-seeept (oui j'aime mettre des màj partout).
Personnage sur l'avatar ▬ Cis de Tiger and Bunny.
Comment as-tu connu le forum ▬ J'ai déjà un compte ici, ça aide.
Une dernière chose à dire ? ▬ J'ARRIVE BARBIE ♥

Revenir en haut Aller en bas
Évangeline Fahrell Date d'inscription : 09/03/2013 Messages : 87
Age : 21
Fiche de présentation : Sur les ailes du temps.
Sexe :
  • Féminin
Habitation : L'appartement de Barnabas Lichtenberg, dans le Centre.
Sexualité : Notion dont elle ne soupçonne même pas l'existence.
Métier : Aucun
Humeur : Rêveuse
avatar
Irréel
MessageSujet: Re: Évangeline Fahrell • Sur les ailes du temps.   Dim 10 Mar - 19:03

    Un petit double-post pour dire que j'ai terminé ♥
Revenir en haut Aller en bas
Cyrius Berkam Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 2340
Age : 25
Fiche de présentation : Pour en savoir plus sur Cyrius
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Dans des môtels dans un peu tout Edernys
Sexualité : Avec Ismahen.
Métier : Retraité forcé.
Humeur : Tendu & harassé
avatar
Réel
MessageSujet: Re: Évangeline Fahrell • Sur les ailes du temps.   Dim 10 Mar - 19:28

Muahahaha, c'est tout bon \o

Je te valide donc, et continue de t'amuser avec nous ♥

(Barbie t'attend aussi ! Même s'il ne le sait pas encore !!)
Revenir en haut Aller en bas
Caleb Stain Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 771
Age : 23
Fiche de présentation : Coucou
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Sur la route
Sexualité : Inderterminée pour l'instant
Métier : Révolutionnaire?
Humeur : Énervé.
avatar
Irréel
MessageSujet: Re: Évangeline Fahrell • Sur les ailes du temps.   Lun 11 Mar - 15:57

Oooh elle est adorable ♥ Ça me donne vraiment envie de la voir évoluer la pauvre petite ;A;
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Évangeline Fahrell • Sur les ailes du temps.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Évangeline Fahrell • Sur les ailes du temps.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Merom Hellren, Ailes sanglantes
» Le temps de prendre ses ailes
» L'un a ses idées, l'autre ses ailes [PV]
» Battement d'ailes d'un aigle... [Libre]
» L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol! [PV Saï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illuvis ::  :: Présentation :: Irréels-