Partagez | 
 

 [Monologue] Morgan et Tamia - Instinct de protection

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité avatar
MessageSujet: [Monologue] Morgan et Tamia - Instinct de protection   Jeu 6 Juin - 11:22

Instinct de protection

La chambre était plongée dans le noir. Une lumière traversait le pas de la porte. Une lumière jaunâtre d'escaliers qui donnaient la lueur d'une sortie. Les murs s'étaient resserrés sur Tamia qui tremblait en se réveillant. Elle ignorait où elle se trouvait et n'avait plus de souvenir de ce qui s'était passé qui expliquerait cette désorientation. Avait-elle bu de quoi faire perdre la mémoire ? Elle tenta de reconstitué toute la journée tout en essayant de se calmer. Un week-end des plus normaux tant est que l'on puisse caractériser de « normaux » ses week-end depuis ses « retrouvailles » avec sa famille. Elle était perdu. Elle se mit à pleurer.

La porte s'ouvrit.

Un courant d'air.

Une silhouette à contre-jour et ses yeux qui peinaient à s'ouvrir avec la lumière vive. Alors que la silhouette s'approchait d'elle et se mit à sa hauteur, Tamia put déceler ses formes et reconnaître son visage. Morgan. Elle eut un froid dans le dos. Que lui avait-il prit ? Se trouvait-elle chez lui ? Sa mémoire ne revenait pas et la peur lui donnait des sueurs froides. Morgan ne lui avait jamais fait de mal. Ils ne se connaissaient pas depuis bien longtemps à vrai dire. Mais il avait un caractère changeant des plus inquiétants.

- Shuut, calme-toi, tu es en sécurité ici, dit-il tout en lui caressant les cheveux.

Mais la demoiselle n'était pas rassurée pour le moins du monde. Pourquoi lui parlait-il de sécurité ? Elle était assez entourée pour ne pas avoir de problèmes, non ?

- Où suis-je ? Demanda-t-elle, d'une voix enrouée.

Morgan ne répondit pas. Il se contenta de déposer ses lèvres sur le front de la demoiselle. Elle referma les yeux et des larmes se mirent à couler sur ses joues. Elle avait peur. Il lui faisait peur. Les militaires n'étaient pas censés faire peur aux citoyens, même si c'était pour les protéger. Et Morgan était plus en danger qu'elle. En effet, malgré tout ce qu'il lui faisait subir, son frère ne la mettrait jamais en position très dangereuse. Il était le seul avec Valentina a avoir le droit de décider le mal qui serait fait ou non à Tamia. Elle était leur petit jouet grandeur nature. Ils auraient mieux fait de se créer un Irréel ! Enfin. Le danger était plus présent pour Morgan que pour Tamia.

- Où sommes-nous ? Tenta à nouveau Tami.

S'asseyant près d'elle, Morgan la prit dans ses bras.

- L'endroit n'est pas important. Je t'ai amené ici parce que tant que tu y restes, tu es en sécurité. Ils ne pourront plus te faire de mal.
- Laisse-moi sortir... Morgan... je t'en prie...
- Tu ne tiendrais même pas debout ! Repose-toi, si tu as besoin de quoi que ce soit tu peux m'appeler, je t'entendrais, dit-il en la laissant s'allonger à nouveau.

Morgan se releva puis quitta la salle plongée dans le noir. Tam' se recroquevilla sur elle-même. Ces tremblements, l'avait-il droguée pour l'amener ici ? L'alcool ne l'avait jamais fait trembler à ce point, ni mise aussi mal à l'aise u réveil. Sa tête lui faisait mal et des courbatures la traversaient. Sa tête bouillonnait. Ses oreilles sifflaient. C'était atroce. Elle peinait à respirer. Toute cette agitation intérieur lui fit perdre connaissance. Plongée dans un noir de l'esprit, Tamia ne percevait plus rien de la réalité.

Plus d'une journée plus tard, la jeune fille se réveilla. Sa tête lui faisait encore mal mais plus de trace de tremblements ni autre. La lumière était éteinte pour laisser place à une lueur bleutée naturelle. Il devait faire jour. Tamia se redressa sur le li où elle était installée et la lumière présente lui permit de découvrir un verre d'eau disposé sur une table de chevet en bois mal travaillé. Elle s'empressa d'en vider le contenu avant de se situer dans l'espace. Morgan.

Elle se leva avec une baisse de tension due à la rapidité de son mouvement. Reprenant ses esprits, Tami alla vers la porte et tenta de l'ouvrir. Elle était verrouillée. Insistant, Tamia appelant Morgan. Aucun bruit. Elle donna un coup de pieds douloureux tout en persistant à vouloir déclencher cette fichue poignée. Finalement, des pas s'approchèrent et le verrou tourna. Tam' s'écarta de la porte.

Le soldat apparut dans l'encadrement de la porte. Il était habillé en civil, ce qui n'était pas sans lui donner une allure bien plus charismatique qu'un simple uniforme. La lumière entra dans la chambre comme une fumée colorée. La haine dormait dans les yeux de Tamia. Morgan alluma la lumière de la chambre par un interrupteur disposé à l'extérieur de celle-ci avant de rentrer en referma simplement la porte derrière lui.

- Tamia... je suis content que tu te sois enfin réveillée, dit-il en s'approchant pour l'enlacer.

Mais la demoiselle ne se laissa pas faire. Alors qu'il passait ses bras derrière son dos, elle le repoussa violemment.

- Ne t'approche pas de moi ! Tu crois vraiment pouvoir t'en sortir comme ça ? Tu n'as aucun droit de disposer de moi comme ça te chante ! J'ignore ce que tu as fais et pourquoi tu l'as fais mais compte pas sur moi pour me montrer compréhensive, tu n'as pas le droit d'enfermer des gens comme ça tu comprends ça ?!

Dans un mouvement de recule provoqué par Tamia, Morgan se rapprocha à nouveau mais cette fois pas vraiment pour la prendre dans ses bras. Il la prit par les épaules et la plaqua contre le mur tout en la relevant, la forçant à se tenir sur la pointe des pieds. Son visage était passé de l'autre côté, avec une colère sans pareille dessinée dans son regard.

- Comment peux-tu oser me parler comme ça après tous les risques que je prends pour toi Tamia ?! Bien sûr que j'ai le droit de t'enfermer ici si c'est pour ta sécurité, au cas où tu l'oublierais c'est mon travail de protéger les citoyens ! Et jusqu'à preuve du contraire t'es pas une clandestine que je sache ?! Alors si tu préfères finir prostituée par ta sœur ou larbin pour tous les hommes de ton frère dis-le moi de suite que j'arrête de croire que tu tiens à ta liberté ou à ta vie !
- Je n'ai pas besoin d'un deuxième grand frère, le mien me va tout à fait, quoi que tu puisses en penser ! Tout ça ne te regarde pas, tu es incapable de les faire plonger et quand bien même tu le serais, tu peux compter sur moi pour t'en empêcher ! Tu crois mieux faire qu'eux pour moi mais tu te trompes ! Tu es comme lui !

A cette « insulte », Morgan la projeta au sol et frappa le mur avec un cri de douleur venant du cœur. Elle était cruelle. Bien qu'elle en avait conscience, Tamia le pensait. Morgan lui faisait du mal au même titre que Wethan. Sauf que le premier n'en faisait pas vraiment exprès. Pensant agir pour le bien de Tam', il la faisait souffrir et embrouillait ses sentiments. Mais après tout, les siens l'étaient tellement qu'il ne pouvait agir rationnellement.

- Tu ne m'as jamais fais confiance. Pourtant depuis la première fois où je t'ai rencontrée, j'ai toujours été là pour toi. Et si tu ne comprends pas pourquoi je t'éloigne d'eux ni te garde près de moi alors tant pis. Je préfère souffrir de ta haine que de te perdre, lança-t-il, calmé, avant de quitter la chambre.

Tamia s'était redressée, adossée au mur. Elle ferma les yeux. Elle avait mal à l'intérieur. Elle ne pouvait imaginer la douleur que lui ressentait mais ressentait bien la sienne. Tout serait bien plus simple s'il parlait au lieu d'agir sous le coup de ses impulsions. Tami restant quelques heures seule dans la chambre. Allongée sur le lit. Tentant de se vider l'esprit. C'était dur. Trop dur... Finalement elle se leva et avança vers la porte. Alors qu'elle s'apprêtait à appeler Morgan, sa main se posa machinalement sur la poignée qui, s'abaissant, ouvrit la porte. Stupéfaite, Tamia ne pensa pas aux raisons et s'empressa de quitter la chambre en silence. Un couloir de petite taille entourait des escaliers qu'elle emprunta à pas de velours. La sortie ne fut pas compliquée à trouver. Cela interrogea Tamia qui se tourna pour voir Morgan. Mais personne. Tamia quitta l'endroit pour retrouver sa route et rentrer.

Montant dans le premier tramway, Tamia reconnu au bout de quelques bons quarts d'heure le quartier où résidait Wethan. Elle décida de s'y rendre. Mais l'accueil ne fut pas des plus pacifistes.

- Tiens, une revenante. Tu viens d'où pour être dans cet état ? Demanda Wethan sans se détacher de ses occupations.

Tamia s'avança sans pour autant empiéter sur l'espace de son frère. Elle avait envie de pleurer. Elle se sentait bien ici. Malgré la froideur de Weth, de Valentina lorsqu'elle était là, Tami se sentait bien ici. En sécurité, entourée et faisant partie d'une famille. Ce sentiment de confort était quelque chose qui lui tenait à cœur. Cependant, elle ne répondit pas de suite à la question de Wethan.

- Approche Lisaly, énonça Wethan en se tournant vers sa petite sœur.

La jeune femme s'exécuta, les yeux baissés. L'homme posa ses mains sur les joues de Tamia pour relever sa tête. Il l'observa pendant de longues secondes. Les yeux de Tam' restèrent fixés sur ceux de son frère. Ce dernier secoua la tête lentement de droite à gauche. Il laissa ses mains glisser doucement sur ses épaules avant de retourner à ses occupations.

- Fais-nous un truc à manger, t'es pâle comme un linge.

Tamia afficha un court sourire avant de se rendre dans la cuisine. Elle ouvrit le frigo et bloqua quelques secondes avant de sortir quelques restes de la veille. Avec ça elle mijota un plat de roturier qu'elle laissa reposer après avoir servit deux assiettes. Valentina n'était pas là. Avec son hôtel, Tamia n'avait pas beaucoup d'occasions de la voir. Quand bien même Val' ne l'éviterait pas, elles se croiseraient plus facilement en ville qu'ici !

- Wethan ? Demanda Tamia alors qu'ils mangeaient tranquillement.
- Mm ? Énonça Weth qui voyait que sa benjamine peinait à sortir ses mots - ce qui, soit dit au passant, l'exaspérait au plus haut point...
- Est-ce que je peux dormir ici cette nuit ?

Wethan soupira. Tout ça pour ça... enfin, dans un soupir las très exprimé, il ne put s'empêcher de la faire marcher :

- Je m'en fiche complètement, c'est Valentina la maîtresse de maison alors débrouille-toi avec elle, dit-il tout en quittant la table.

Tami inspira profondément. Val' n'était pas des plus abordables et malgré que Wethan insuffle bien plus de peur à Tamia que sa jumelle, ce qui cassait le duo c'était que Valentina ne prendrait aucune pincettes et n'hésiterait pas à faire dormir Tam' dehors. Quand bien même elle refuserait, Tamia n'était pas à la rue, certes. Mais si elle désirait dormir ici c'était surtout pour ne pas laisser, ne serait-ce que pour ce soir, une quelconque occasion à Morgan de l'approcher. Il lui faisait peur lui aussi... Au moins le temps d'une nuit, Tami voulait rester ici.

Les lumières étaient éteintes. Seule une petite lumière de cuisine était allumée, éclairant ainsi délicatement la salle où se trouvait Tamia. Assise à la table qu'elle avait débarrassé et nettoyé Tam' attendait le retour de sa sœur. Il commençait à se faire tard et ses yeux se fermaient peu à peu pour finalement se poser dans ses bras posés sur la table. Son frère passa dans la pièce et s'arrêta un instant sur un encadrement de porte.

- Irrécupérable...

La crédulité de sa petite sœur le désabusait plus que l'amusait. Sans pour autant avoir pitié d'elle, Wethan ne pouvait s'empêcher de se demander comment elle pouvait encore être entière. Il ne doutait pas qu'elle se soit attirée la bienveillance de certaines personnes mais une gamine qui a été dorlotée, bercée, couvée, ça ne pouvait pas s'en sortir comme ça à moins d'avoir une chance inouïe ! Ou de la chance, ou une capacité incomparable à se sortir de tous les ennuis possibles et inimaginables. Weth ne manquerait pas de tester son habileté à la survie ! Il avait déjà bien eut le temps d'enquêter sur elle et la vie qu'elle à eut avant de les retrouver. La vie de campagne n'était pas un cadeau, certes, mais les « épreuves » qu'elle a vécu ne l'on pas forcée à plonger dans un cercle vicieux où Wethan s'est empêtré pour permettre à lui et Valentina de survivre, de se construire en dehors de toute misère. Ils avaient réussit à grimper l'échelle sociale. Mais à quel prix ? Combien de malheurs s'étaient abattus autour d'eux ? Tamia ne pouvait pas imaginer tout ça. Toutes ces galères. Elle avait eut sa petite école offerte et un héritage lui permettant de vivre avec un semi-travail. Il sourit. Endormie ainsi, elle était magnifique. Il avait les plus belles sœurs du monde. Peut-être qu'un jour elle lui ferait ses preuves et monterait dans son estime. Ce jour était tellement loin...

Wethan prit un édredon posé sur un canapé puis vint le déposer sur les épaules de Tamia avant d'aller éteindre la lumière.

- Profite de tes rêves, murmura Wethan avant de quitter la salle.

Il lui faisait bien des misères et n'était pas prêt de cesser. Pas tant qu'elle ne lui aura pas rendu l'enfance qu'il avait sacrifié pour Valentina. Ça n'était aucunement sa faute, mais ça n'était pas non plus la sienne. Et malgré qu'elle soit la jumelle de Val', Tamia avait bien plus cet air déconfit qu'arborait leur père auparavant. Elle était parfaite pour payer le prix de leurs galères.
Revenir en haut Aller en bas
 

[Monologue] Morgan et Tamia - Instinct de protection

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» protection d'hivernage essais
» Plaidoyer pour la protection de l'environnement.
» Monologue de l’Empereur Jacques 1er à nos contemporains
» Symposium sur le Plan National de Protection de l'Enfant
» [ Protection Rapprochée ] PV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illuvis ::  :: Corbeille :: RPs abandonnés-