Partagez | 
 

 [Monologue] Morgan et Tamia - Clélie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité avatar
MessageSujet: [Monologue] Morgan et Tamia - Clélie   Jeu 6 Juin - 11:23

Clélie

La pluie tombait comme si le monde s'effondrait. Tamia regardait tranquillement un film sur son ordinateur depuis son lit tout en sirotant un thé fruité. Son appartement n'était pas bien grand et la demoiselle avait du se résoudre à condenser sa salle à vivre pour mettre ce qui lui servait de table et d'assises. Ce qui ne lui posait aucun problème. Tami n'était pas très hospitalière dans le sens où elle se débrouillait pour être invitée plutôt qu'hôte.

Ce soir-là, tout allait se passer dans le meilleur des cas. Tamia ne quitterait pas son lit ! C'était une nouvelle méthode pour s'éloigner des ennuis et, jusqu'à maintenant, ça marchait ! Bon certes, la pluie était la principale cause de ce cloisonnement. Cependant la paix ne fut que de courte durée. Une sonnerie retentit au même moment que dans son film. Tam' releva les yeux pour effacer un peu de l'attention qu'elle portait à l'écran. Rien.

- Ah, t'en mieux, marmonna-t-elle.

Après trois minutes, la sonnerie résonna à nouveau. Sauf que cette fois-ci, c'était bel et bien chez elle. Tamia se crispa et tenta de passer outre cette sonnerie. Quelques instants plus tard, ça sonnait à nouveau. Puis encore. A intervalles de plus en plus proches. Pestant contre le sort, Tam' se leva, énervée, pour répondre. Qui pouvait bien lui vouloir quoi que ce soit à cette heure ? Wethan et Valentina n'étaient pas du genre à venir comme ça – bien qu'ils le pourraient tout à fait. Qui lui rendrait visite ? Personne à par des vendre de rêve !

- Tamia ? Résonna une voix masculine dans l'interphone.

Cela coupa le souffle de la jeune fille.

- Morgan... qu'est-ce que je peux faire pour toi ? Demanda Tami en espérant qu'il ne veuille rien – probabilité très nulle mais bon, l'espoir est toujours bon à prendre.
- Ouvre-moi s'il te plaît, j'suis trempé.

Cela ne constituait rien en soi. Il était trempé ? Soit. Tamia n'était pas sa mère tout de même... Enfin, peut-être – sûrement – trop gentille, elle décida de lui ouvrir. Loin d'elle l'envie de discuter et encore moins de s'embrouiller. Tami déverrouilla la porte puis retourna s'installer dans son lit bien au chaud.

Le soldat ici civil entra après de longues marches. Tamia ne put s'empêcher de porter un bref regard vers lui. En effet, il était trempé. Sans capuche ni rien pour le protéger de la pluie. Bravo. C'était tout ce qui venait à la tête de Tam'. Le jeune homme tremblait de froid. Il s'approcha d'un radiateur – et donc de la chambre de laquelle Tamia l'observait – tout en se frottant les mains pour se réchauffer.

- Tout va bien ? Questionna le convive.
- Mouais, fais comme chez toi, lui dit-elle pour se décharger de toute discussion futile.
- D'accord, merci, rétorqua Morgan, un peu vexé par ce manque total d'attention.

Provocateur bien plus qu'à ses heures, le jeune homme décida de faire comme chez lui. Il ôta son long manteau qu'il posa sur le dossier d'une chaise, sa veste sur celui d'une autre, sa chemise puis son pantalon qu'il posa sur le radiateur. Se demandant tout ce qu'était ce remue-ménage, Tamia quitta son lit pour voir ce qu'il en était. Sa tasse de thé en main, Tami resta figée. Après quelques seconde de déconnexion de son cerveau, elle reprit conscience.

- Tu te moques de moi ? Demanda l'effrontée doublée.
- C'est mouillé, j'ai froid, alors à moins que tu ais quelque chose pour me couvrir j'attends que mes vêtements sèchent, répondit-il tout en s'asseyant comme si de rien n'était.

Tamia lui offrit un petit rire forcé. Elle posa sa tasse de thé sur la table puis alla chercher une petite couverture. Forcément, il aurait du mal à rentrer dans ses tee-shirts, et il était tout bonnement hors de question qu'il se trimbale ainsi dans son appartement. Mais vu le sourire qu'il arborait, ça l'amusait. Lorsque la demoiselle revint, elle lui posa la couverture sur les épaules.

- Pourquoi tu es venu ? Demanda Tamia, décidément résolue à perdre sa soirée.
- Je te l'ai dis, j'suis trempé. J'ai pas beaucoup de connaissances dans le quartier qui peuvent m'héberger à par toi, dit-il en lui faisant un clin d'œil.

Calme. Du calme. Ce garçon l'énervait ! Oui, il énervait Tamia ! Et il fallait en tenir une sacrée couche pour l'énerver ! En même temps, Morgan était partagé en deux : il pouvait être l'homme parfait comme le parfait tyran. Non, trop d'instabilité, ça rendait Tami folle. Elle savait qu'elle pouvait compter sur lui quoi qu'il arrive et même lorsqu'il se comportait comme un monstre elle se devrait de lui rendre la pareille si elle l'acceptait. Et c'était une décision plutôt dure à assumer. Elle respira un bon coup.

- Super, dit-elle en se dirigeant vers sa chambre.
- Attends, intervint Morgan en se relevant pour attraper son bras avant qu'elle ne parte.

Il la regarda un instant.

- Mor...
- Ça te dérange que je dorme ici ? Annonça-t-il en la coupant.

Tamia se mit à rougir, très gênée. Après un court silence, Morgan comprit les craintes de Tam' et la lâcha aussitôt.

- Ne t'en fais pas, j'vais pas te manger. Et puis t'es pas mon style, dit-il en reprenant sa couverture pour entrer dans la chambre.
- Quoi... ? Échappa Tamia dans sa barbe avant de rentrer à son tour dans SA chambre.

Tam' était exaspérée. Mais elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même... Elle lui avait bien dit de faire comme chez lui et Morgan était loin d'être le dernier des idiots. Elle soupira.

- J'te déteste, prononça-t-elle.

Certes, elle ne le pensait pas aussi profondément que le sentiment de haine pouvait être ressenti. Ce n'était qu'une colère passagère comme la haine qu'elle a quand il est en mauvais jour.

Il se mit à rire.

Lui non plus ne pensait pas vraiment ce qu'il pouvait dire et cette situation l'amusait.

- Ça n'a rien de drôle ! Dit-elle en avançant pour lui balancer un coussin dans le visage. Tu t'incrustes comme ça chez moi sans gêne, t'es mal élevé et irrespectueux ! Vociférait Tamia en le frappant avec son coussin.
- Eh calme-toi ! Arrête ! Disait le jeune homme, plus amusé que heurté par la « rage » dont faisait preuve la demoiselle.

Elle n'avait pas peur, c'était ce que pensait Morgan. Mais très vite il prit ses poignets et la plaqua dos au lit, la surplombant alors qu'elle se débattait.

- T'es bête, tu sais qu'tu vas perdre.
- Morgan ! Dit-elle en feignant des chouinements.

En rigolant, il la lâcha, continuant de la regarder avec un sourire heureux. Il se sentait bien quand il était avec elle. Malgré les fois où le jeune homme s'énervait contre elle, il aimait se trouver à ses côtés. Morgan se sentait bien loin de l'école militaire et de toutes les contraintes qui s'y rattachaient. Dans des moments comme ça, de façon totalement innocente, il retombait gamin dans une dimension qu'il n'avait put vivre. Cela le complaisait. Dans un soupir, il s'allongea dans les couvertures.

A côté, Tamia s'était redressée, déçue par sa cuisante défaite. Décidément, elle était incapable de virer un squatteur de chez elle. Parfait.

- La prochaine fois je te laisse dehors, exprima la demoiselle.
- Tu regardes quoi comme film ?
- Change pas de sujet.

Morgan haussa les épaules. Il ne répondait jamais aux questions qui le dérangeaient ou qui le mettaient en mauvaise posture. Cela avait aussi le don d'énerver Tamia. Mais elle acceptait toujours de lui ouvrir sa porte alors à quoi bon répondre à ces questions ?

Tam' était assise sur le coin du lit et le regardait en attendant sa réponse. Elle savait bien qu'elle n'en aurait pas. En se penchant un peu plus, elle remarqua la marque sur le cou du jeune homme.

- C'est quoi ? Demanda-t-elle en indiquant d'un signe de tête son cou.
- Un tatouage.
- Qui est-ce qui te l'a fait ?
- T'es curieuse, j'aime pas ça.
- Tu crois que j'aime voir ton pantalon sécher sur MON radiateur ?
- Un camarade d'unité, ça remonte à longtemps et l'instructeur me l'a assez fait payer pour ne pas en parler, expliqua-t-il dans un soupir.

Un silence passa. Il ne décrochait pas les yeux de l'écran. Tamia s'allongea à son tour.

- Tu m'en fais un ? Demanda-t-elle innocemment.

La tête de Morgan se tourna d'un geste vif sur Tamia. Ses sourcils étaient froncés et son expression dure. Mais Tami n'y prêtait plus d'importance. Qu'il passe en mode dark. Au mieux il déciderait de partir de lui-même. Mais finalement son visage s'adoucit.

- Tu as de l'encre et une aiguille ? Questionna Morgan en reportant son attention sur l'écran.

Tout en acquiesçant, Tam' alla chercher ce qu'il demandait. Elle avait bien conscience que ce dessin ne partirait pas. Mais elle ne faisait ni partie de l'armée ni du gouvernement alors elle pourrait se promener en serviette que son rang social n'en serait point impacté. Bref. De retour de la salle de bain, elle vit Morgan qui remettait son pantalon. Tamia sourit.

- Il est sec ? Demanda-t-elle, amusée.
- Pas totalement non... mais je pense que tu préfères me voir trembler de froid plutôt que de voir mon pantalon sur TON radiateur, dit-il, sarcastique.

Ils repartirent tout deux dans la chambre où Morgan demanda à Tamia de s'allonger et d'écarter ses cheveux.

- Tu vas dessiner quoi ?
- Je te le fais sur la nuque pour que tu puisses le cacher. J'aimerais faire une clélie, expliqua-t-il.
- Une quoi ?
- T'es allée à l'école ? Rouspéta Morgan, déclenchant un soupir de Tamia. Tu as déjà pelé une orange, rassure-moi ?
- T'es lourd tu sais ?
- Les clélies c'est ce que tu obtiens quand tu pèles une orange : un point qui voyage sur une sphère se déplaçant à une vitesse donnée. Lorsque tu navigues sur deux courbes, tu peux avoir un dénomination impair qui créé un motif différent et les courbes se croisent. Tu peux comparer le motif à une rosace, à une fleur géométrique. Tu auras une rosace à six pétales, expliqua Morgan tout en cherchant un mouchoir pour son opération.
- Pourquoi six ?
- Tu ferais mieux de prendre quelque chose à mordre, c'est pas très plaisant.
- Donne-moi ta main.

Morgan rit un instant avant de commencer. Il posa sa main sur le dos de Tamia pour commencer son dessin. Celle-ci se contracta comme pas possible et se muni immédiatement de sa couverture qu'elle mangea dés la première aiguille.

- Cha fa crendre gu temps ? Tenta-t-elle d'articuler.
- Le temps que je voudrais alors tiens-toi à carreau sinon je te repeins tout le corps.
- T'es ka drôle !

Plus les piqûres passaient et plus Tami se faisait à la douleur. Elle sentait dégouliner sur ses épaules. Sans prendre la peine de regarder elle devinait ce que c'était mais ne préférait pas y penser. La douleur la prenait assez pour ne pas s'en faire. Bien qu'elle se maudissait déjà d'avoir eut cette idée, Tam' pensait déjà au plaisir qu'elle aurait quand elle verrait le dessin. Tout ce qu'elle espérait c'était que Morgan ne fasse pas n'importe quoi. Mais bon, il tenait bien trop à elle pour manquer le moindre point. Malgré qu'il ait accepté avec nonchalance, cela lui faisait le plus grand plaisir et puis peut-être que Wethan et Valentina comprendront que Tamia n'est pas leur propriété - ni la sienne mais elle s'est plus ou moins donnée pour le coup... Elle aurait un dessin de lui à vie sur sa douce peau. Rien que cette idée lui permettait de continuer malgré qu'il comprenne la douleur que Tamia devait ressentir. Il n'était pas aussi âgé qu'elle quand on lui a fait le sien...

Morgan alla trouver de quoi couvrir les six courbes encrées dans la peau de Tamia. Pourquoi six... il comptait les mois de leur rencontre. La pluie ne cessait de gronder dehors et Tami du se résoudre à ne pas virer le jeune homme après l'atelier art terminé.

- Comment ça se fait que tu as de l'encre comme ça chez toi ? Demanda Morgan, quelque peu intrigué.

Tamia se redressa sur le lit, ramenant ses jambes en tailleur. Elle déposa sa main sur la compresse qu'il venait de poser sur sa nuque dans un visage tiraillé par la douleur.

- Ça va rester douloureux combien de temps ? Questionna Tami sans répondre au soldat.
- Tu vas perdre à ce jeu, soupira Morgan.
- Je dessine à l'encre de Chine, lança sèchement Tamia.
- De « Chine ? » ?
- Me regarde pas comme ça, c'est pas moi qui donne les noms aux encres.
- Tu me montres ? Demanda le jeune homme.
- Rêve !

Tamia se leva puis organisa l'extinction des feux de l'appartement. L'entendre poser ces questions n'allait pas lui plaire bien longtemps. Comme si elle allait partager ce qu'elle faisait avec lui ! Enfin. La jeune femme revint dans sa chambre et se cala au coin du lit bien au chaud sous les draps. Morgan haussa les épaule et quitta la chambre un long moment. Tami se moquait de ce qu'il pouvait bien faire. Ses yeux se fermèrent et rapidement, Morphée vint la happée. Lorsque Morgan revint pour se coucher à son tour, il déposa un baisé sur le front de la demoiselle tout en souriant au touché de sa nuque encore enrobée du pansement.
Revenir en haut Aller en bas
 

[Monologue] Morgan et Tamia - Clélie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Monologue de l’Empereur Jacques 1er à nos contemporains
» Marie Morgane (Mary Morgan) :
» Je t'insupporte, tu m'insupportes, on s'insupporte ! (Morgan & Becky)
» navid joffroy gilmore ► joseph morgan
» Nage droit devant toi ♪ ㄨ JOSEPH MORGAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illuvis ::  :: Corbeille :: RPs abandonnés-