Partagez | 
 

 Ticket gagnant - Venceslas Sorovski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité avatar
MessageSujet: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   Jeu 13 Juin - 14:42

Ce matin, tu t'étais levée avec un étrange mal de tête. Te souviens-tu d'hier soir ? Non, tu n'en as aucune idée. Les yeux à demi-ouverts, tu rentres dans ta salle de bain pour te débarbouiller. Levant tes yeux vers le miroir, tu vois d'étranges traits durs et froids. Toi qui étais du matin, voilà que ta tête ressemblait à un vieil aigri rongé par des sentiments aussi négatifs que tes yeux sont bleus. Maudissant cette journée, tu sens qu'il vaudrait mieux pour ton bien rester cloîtrer chez toi.

Tu es d'humeur solitaire aujourd'hui. Cela ne te ressemble pas, mais ça te fait du bien. Toutes tes pensées qui ont pour habitude de te tourmenter : tu les éloignes. Ta sœur, ton frère, Morgan, ces embêtements ne sembles plus avoir de valeur à tes yeux. Ce dont tu as besoin : un bon thé bien chaud. Dans une routine fictive, tu t'abreuves d'une tasse avant de t'habiller. Une tenue soignée, strict mais confortable à la fois. C'est rare de te voir ainsi vêtue. Mais tu es belle et paraît bien moins gamine. C'est avec un sourire modéré de satisfaction que tu décides de commencer ta journée.

Étrange journée. Tu n'as pas adressé la parole à quiconque. Tu as laissé tes « proches » sans nouvelles. Ils semblent ne pas s'en porter plus mal. Après avoir fait quelques courses en rentrant du travail, tu te poses dans un fauteuil. Quelle travail de merde... Le quitter, c'est une chose qui tourne de plus en plus dans ton esprit. Mais cela ne te ronge pas. Tu balaies cette idée dans un coin de ta tête. C'est un job miteux mal payé, tu mérites mieux, te dis-tu en silence. Dans un soupir, une autre idée te passe par la tête. Ce soir tu avais envie de changer d'air. Après t'être rassasiée, tu sors de chez toi affublée d'une tenue de soirée ni trop flamboyante ni trop classique. Tes yeux étaient bien plus remarquables et la façon dont tu arrangeas tes nattes en chignon te donnait une toute autre allure. Tu paraissais plus mature, plus sûre et confiante. Ces sentiments qui s'éveillaient en toi te donnaient les ailes pour passer outre tes habitudes et ta réserve naturelle.

Après le dernier trains se rendant au quartier Est, tu te dirigeas vers le quartier latin. Malgré toi tu avais appris à connaître ses rues et ses lieux. Tu te souvenais d'une boîte de nuit où il ne manquait jamais de mouvement. Ce n'était pas le grand luxe et l'établissement n'était pas des plus clean cependant, c'était un endroit que tu connaissais de loin et ça suffisait pour t'y faire aller. A l'heure qu'il est, la foule est déjà rentrée. Il n'y a que quelques personnes qui passent encore. Tu ne connais pas les lieux mais les regards qui s'étaient posés sur toi tout au long de ta route t'ont fait comprendre que le côté Fehrnbach commençait à prendre son effet. Un peu radicalement car entre les regards jaloux et affamés, tu perçois chez certains que la froideur de ton expression les fait se reculer. D'un pas sûr, tu t'avances vers la petite file pour attendre ton tour. Entrer ici toute seule t'aurait effrayé en temps normal et par manque d'assurance tu te serais échappée au plus vite car tu n'a pas pour habitude d'être à l'aise dans ce genre d'endroits et donc tu resterais seule pour la soirée. Sauf que cette journée t'avait appris que tu pouvais oser t'insérer dans cette société parallèle du quartier latin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   Ven 14 Juin - 23:07

[ J'aimais bien ton idée, donc j'ai brodé sur ce qui aurait pu se passer la veille. Si quelque chose cloche n'hésite pas à me dire je changerai ! ]

Venceslas, d’un œil professionnel, considéra la file qui commençait à se former à l’entrée de la boîte de nuit, cherchant à jauger la population de ce soir. Statistiquement, il pouvait estimer qu’une bonne partie d’entre eux étaient là pour affaires : dealers plus ou moins discrets et clients plus ou moins accros, magouilleurs dont l’établissement était un point de rendez-vous fétiche, prostituées qui venaient chercher leurs clients directement au bar. Le reste était probablement des fêtards innocents mais pas assez présentables pour les boîtes de nuit plus huppées d’Edernys, et puis une poignée de mineurs avides de sensations fortes qui savaient que les contrôles d’identité étaient rares par ici. Sans compter les habituels fauteurs de troubles qui, avec un ou deux verres de plus dans le nez, sauteraient sur l’occasion de refaire le portrait du premier venu (cas soft) ou la décoration de la salle pour la rendre un peu plus « destroy » (cas critique). Discerner ces spécimens-là requérait un peu d'expérience lorsqu’ils étaient encore calmes.
Campé à l’entrée, Slas accueillait les clients sans aménité, les soumettant à une inspection visuelle quelque peu crispante, avant d’autoriser ou non le passage d’un bref mouvement de tête. Il n’était pas payé pour être aimable, et un peu de pratique lui avait appris à instiller juste assez de tension avec son attitude pour se faire respecter. Mine de rien, les choses allaient assez vite, il y avait beaucoup d’habitués ce soir. La file diminuait progressivement et à l’intérieur, d’après les échos qui lui parvenaient, l’ambiance commençait à monter.

Une heure après l’ouverture, le gros de la foule s’était dissipé. Slas s’accorda le temps d’allumer une cigarette, la poignée de clampins qui restait pouvait bien patienter deux minutes de plus, lui n’aurait pas de pause d’ici cinq heures et demie, une fois la boîte fermée et les derniers récalcitrants mis dehors. Il tira une ou deux bouffées de tabac, puis questionna le candidat suivant :
« Hum. T’as quel âge, toi ?
- 25 ans ! » prétendit crânement l’adolescent.
Slas haussa un sourcil.
« Est-ce que j’ai l’air d’un parfait abruti ou d’un aveugle notoire ? Tu as quel âge ?
- 24 ? tenta l’autre, avant de déglutir devant le regard de Slas. Euhm, 21… 20 ! Di-dix-neuf ? »
Slas attendit patiemment la fin du décompte, tandis que son interlocuteur se liquéfiait progressivement.
« Di-dix-huit ! »
D
e toute façon il ne pouvait pas descendre plus bas. Slas afficha un sourire narquois, puis répéta, sans en croire un mot :
« Dix-huit ans. »
Ce gosse allait se faire bouffer à l’intérieur… Ce n’étaient pas ses oignons.
« OK, passe. »
Sans en croire ses oreilles, le jeunot se pressa de rentrer avant que Slas change d’avis.

Le videur reconnut aussitôt la personne suivante. Non qu’il soit particulièrement physionomiste, mais au milieu de cette population interlope, la blondinette détonnait quelque peu. Lorsqu'il l'avait vue pour la première fois, la veille, il avait bien failli croire qu’elle s’était perdue et retrouvée par pur hasard dans cette file d’où elle semblait vouloir fuir à toutes jambes tant elle suintait le malaise. D’ailleurs Slas n’était pas le seul à avoir perçu son manque d’assurance : les deux hommes qui faisaient la queue derrière elle, déjà passablement éméchés, avaient entamé des manœuvres d’approche d’une rustrerie absolument édifiante. Le videur s’était senti obligé d’éjecter les deux butors de la file, avant qu’ils n’agressent carrément la jeune femme sous ses yeux. Non pas par esprit chevaleresque, bien sûr ; il avait juste détecté en eux de très probables déclencheurs de bastons, et n’avait pas spécialement envie de devoir rester deux heures de plus à la fin de son service pour aider à réparer les dégâts dans la boîte.
Bref.
Quant à savoir ce que cette jeune femme venait faire par ici… Slas ne se mêlait pas des affaires des autres – condition nécessaire à une bonne intégration dans le quartier des trafics. Il s’était quand même posé la question – pendant une durée proche de la demi-seconde, avant de passer à autre chose. Les gens s’occupaient comme ils voulaient après tout.
Il était quand même surpris de la voir revenir si vite, parce qu’honnêtement, elle aussi, il pensait qu’elle allait se faire bouffer en traînant ici.
« Tiens tiens. Toujours en vie, donc… »
Ce qui était d'autant plus remarquable que la veille, à la fermeture, il l'avait récupérée dans un état plus que douteux, à peine capable de marcher et encore moins de formuler des paroles cohérentes. Allez savoir ce qu'elle avait pu consommer... Tss. Il l'avait mise dehors avec les autres. Elle était toujours à l'entrée quand il était sorti une demi-heure plus tard, sa nuit de boulot terminée, à tourner en rond en cherchant sa maison. Le voyant passer, elle lui avait demandé son chemin. D'après ce que Slas avait compris de son adresse, c'était plus ou moins sur son trajet pour rentrer chez lui, dans le sud. Il avait d'abord essayé de lui expliquer quelle direction prendre, mais elle avait l'air relativement imperméable à ses paroles. Donc il l'avait pilotée jusqu'à bon port, non sans grommeler mille et une imprécations dans sa barbe, dont le sens général était que son boulot n'était pas supposé aller jusqu'à aider une fille à rentrer chez elle. (Au fond, le détour était minime pour lui. Mais protester était une question de principe.) Il l'avait abandonnée en bas (il n'allait pas pousser la galanterie jusqu'à la ramener à sa chambre, quand même !), sans même être tout à fait sûr que c'était bien le bon immeuble. Mais elle avait eu l'air de reconnaître les lieux. Donc il avait estimé son devoir accompli et s'était empressé de rentrer chez lui avant le jour.

Le vacarme émanant de la boîte de nuit était anormalement intense. Slas jeta un œil à travers la porte. Il y avait du grabuge à l’intérieur, il allait falloir attendre que ça se calme un peu avant d’augmenter encore la densité de population de la salle. Aussi annonça-t-il nonchalamment :
« On va patienter deux minutes. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   Sam 15 Juin - 10:03

Tu t'avances dans la file. L'endroit ne te semble pas familier. Mais contrairement à d'habitude, tu es plus à l'aise.

- Tiens tiens. Toujours en vie, donc...

Le videur semble te regarder et te parler à toi. Tu te tournes vers lui, intriguée. Regardant autour s'il ne pouvait pas s'adresser à quelqu'un d'autre, l'évidence te sautait aux yeux mais l'incompréhension t'envahit. Tes yeux se plissent mais tu préfères rester indifférente. Il devait te confondre avec quelqu'un d'autre. Soit. Mesurant les excès de confiance, tu savais faire face aux regards ce soir. Et il n'était pas question de se faire manger. Non, cela ne te ressemblait pas mais tu serais plus celle qui mangerait les autres. C'est que ton apparence chétive pouvait faire douter certains. Mais la force du regard que tu arbores ce soir dénotait que quelque part, tu n'étais pas si frêle que ça...

- On va patienter deux minutes, déclara le videur après avoir prêté attention à l'ambiance de la boîte.

Des gémissements, les gens se plaignaient de souffles exaspérés. Comme s'ils rataient la soirée de leur vie. Tu ne comprends pas ces personnes qui deviennent désagréables par l'impatience. Non, toi tu aimes les files d'attente Tamia. C'est un espace transitoire où les comportements s'expriment avec de moins en moins de retenue. Alors tu observes les autres. Rien de bien notable. Ils n'ont qu'une chose en tête : rentrer pour faire la fête. Les esprits s'échauffaient au bruit sourd de la musique qui émane de l'établissement. L'intérêt que tu portes à la foule d'amoindri. Ce qui commence à attirer ton attention c'est ce jeune homme. Le fait qu'il t'ait adressé la parole ainsi t'intrigue vraiment et tu te demandes pourquoi sa tête te dit de plus en plus quelque chose. Remarquant que ton regard insistant ne devait pas passer inaperçu, tu t'engages sereinement à lui adresser la parole sur un ton assez froid qui semble contraster avec tes doux yeux clairs.

- Excusez-moi mais... on se connaît ?

Après tout, tu avais quelques minutes à perdre dans cette file alors autant en profiter pour nourrir quelques curiosités. D'autant plus que les impatients étaient déjà très occupés entre eux pour remarquer ton avancée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   Sam 15 Juin - 12:12

Slas supporta stoïquement les regards modérément discrets de la jeune femme. Il détestait qu’on le dévisage – peut-être à cause d’un chouïa de paranoïa, qui lui rappelait que certains détails de son visage, trop lisse, trop régulier, pouvaient trahir son irréalité. Heureusement que les gens suffisamment inquisiteurs pour avoir le moindre doute étaient rares.
Histoire de détourner son attention de l'examen auquel il était soumis, Slas mitrailla de regards mauvais la file d'attente qui commençait à s'agiter. Malheureusement, la plupart des impatients ne le regardaient pas, ce qui réduisit notablement l'impact de ses œillades assassines.
Finalement, la jeune femme se décida à l'interroger :
« Excusez-moi mais… on se connaît ? »
Slas eut un ricanement bref devant la froideur de son ton. Quelle amabilité ! Il lui semblait avoir mérité un peu plus de gratitude, tout de même. Peut-être pas une reconnaissance éternelle non plus, m'enfin, zut, ce n'était pas spécialement rigolo de se payer une nana défoncée à ramener à la maison.
Quoique. Réflexion faite, il aurait dû s’y attendre ; vu l’état dans lequel la jeune femme avait terminé la nuit de la veille, ses souvenirs de la soirée précédente devaient probablement ressembler à une grosse bouillie informe.
« Hmm. Possible. »
Suite à cette réponse sybilline, il la considéra un instant, une ébauche de sourire narquois sur les lèvres pour masquer son effort de mémoire. Qu’est-ce qu’elle lui avait dit, déjà ? Ah, oui.
« Quartier Sud, résidence Mayfly. N’est-ce pas mademoiselle ? »
Tandis qu’il lui récitait son adresse, son sourire s’élargit. Un sourire plus équivoque qu’amical, d’ailleurs. Il n’avait pas résisté, il avait terriblement envie de lui insuffler un soupçon de paranoïa en lui montrant que si elle ne savait strictement rien de lui, la réciproque n'était pas vraie. Et en matière de paranoïa, rien de mieux que de révéler une adresse personnelle pour se faire passer pour un dangereux stalker.

Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   Mar 18 Juin - 20:43

Tu perçois dans le regard du jeune homme une certaine gêne exaspérée. Comme s'il se sentait épié. C'était vrai. Tu épiais les détails de son visage afin de comprendre pourquoi il te paraissait familier. Et surtout pour comprendre pourquoi il s'était adressé à toi. Lorsque tu vins à lui il n'était pas plus confortable que cela. Mais le ton que tu empruntas pour lui demander si vous vous connaissiez sembla le faire rire. Tu plisses brièvement les yeux, sans comprendre. Il y avait quelque chose qui te dépassait et tu n'aimais pas ça. C'est vrai que tu étais d'un naturel plus sociable et amical en toute circonstance mais aujourd'hui, tu avais mal digéré quelque chose. Peut-être était-ce dû à cette fameuse veille dont tu n'avais plus souvenir. Le temps où tu jouais à cache-cache avec Imad et Nadhezda était loin. Aujourd'hui, pour t'amuser, il te fallait un peu plus. Et curieuse, influençable que tu étais, un rien aurait suffit à ce que tu tombes sur quelque chose que tu n'aurais pas dû prendre.

- Hmm. Possible, se contenta de dire le videur.

Silence. Tu restes muette en l'attente d'une réponse plus constructive.

- Quartier Sud, résidence Mayfly. N’est-ce pas mademoiselle ? Te demande d'affirmer le jeune homme.

Un sourire en coin se dessine sur tes lèvres rosées et tu hoches la tête. Très bien. Tu n'étais pas du genre à ramener n'importe qui chez toi et n'avait rien remarqué d'inhabituel à ton logis. Certes, il avait vu juste, mais n'avait pas mit les pieds chez toi, tu en étais sûre. Un regard illuminé par « l'énigme » que constitue pour toi la soirée d'hier observe le videur quelques secondes pendant que tes connexions reconstituent les faits.

- Très bien, acquiesce-tu d'une voix vaincue. Je dois avouer que tout ça n'a rien de banal... un suspend. J'étais ici hier ? Relevas-tu comme déduction plus qu'évidente. Oublier un visage comme le vôtre. Je ne devais vraiment pas être dans mon assiette, rétorques-tu non sans malaise caché.

C'est que... tu ne sais pas quelle image ce jeune homme a pu garder de toi et cela t'inquiète un peu. Oui, ce soir tu portes un regard intéressé à ce que pensent les autres de toi. C'est une mouche étrange qui t'a piquée cette nuit et les effets influent beaucoup ton tempérament. Étrange et en même temps agréable. Tes ailes se dévoilent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   Mer 19 Juin - 13:49


La jeune femme n'eut pas l'air plus effrayée que ça quand Slas lui donna sa propre adresse. Quelle déception. Elle se contenta de sourire, mais le bref silence qui suivit était révélateur de sa réflexion, et Venceslas la regarda cogiter non sans un soupçon de satisfaction. Cherche, vas-y, cherche...
« Très bien, je dois avouer que tout ça n'a rien de banal... »
Le videur étira les lèvres en un demi sourire goguenard.
« J'étais ici hier ? » Puissamment déduit ! Son sourire s'agrandit, sans perdre de son sarcasme.  « Oublier un visage comme le vôtre. Je ne devais vraiment pas être dans mon assiette »
Slas apprécia nettement moins cette partie-là, en revanche. S'il l'avait connue, la chanson aurait résonné dans sa tête, en parfait écho de ses pensées : Quoi ma gueule, qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?! Il ne laissa rien paraître de son malaise passager, et décida fermement de refouler sa paranoïa. Après tout le mot IRRÉEL n'était pas écrit en travers de son front, hein, il n'y avait pas de quoi se crisper à chaque commentaire sur son physique.
« Hmm. "Un visage comme le mien", dites-vous ? Je suis flatté. »
Ce disant, il afficha un parfait air de vanité satisfaite. Puis il reprit, en changeant de ton :
« Disons que ça compense un peu cette atroce déception... Car c'est bien vrai ? Vous ne vous rappelez pas ? Vraiment rien ? »
Le visage de Slas passa du désappointement au franc désespoir, exprimant en quelques secondes toutes les nuances de la déception qu'il connaissait. En fait il aurait peut-être du être acteur, pas videur. - Remarquez, il n'était pas encore trop tard pour changer... -
Slas secoua la tête en faisant mine de vouloir masquer son affliction.
« Quel dommage. Ce fut pourtant une soirée vraiment... édifiante. »
Il accentua le dernier mot, et dans ses yeux, lorsqu'ils rencontrèrent ceux de la jeune femme, passa un bref éclat qui acheva de rendre ses paroles tout sauf rassurantes. La demoiselle s'était rendue trop vite, tout à l'heure, il avait décidément très envie de jouer à lui faire peur, de la voir imaginer toutes sortes de scénarios quant à sa soirée de la veille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   Ven 21 Juin - 16:17

Un sourire se loge entre tes lèvres. Tu perçois le mal aise du jeune homme vis-à-vis des compliments.

- Hmm. « Un visage comme le mien », dites-vous ? Je suis flatté.

Cette satisfaction jouée te fais hocher la tête comme si tu regardais, attendrie, un enfant qui vient d'avoir un cadeau. Pourtant tu le penses : il est mignon. Des traits fins, un peu trop pour être un homme d'âge mûr. Mais ça change des gros Johnny rustres. Même si sa finesse ne semble pas corréler avec son accessibilité, tu perçois qu'une once d'intérêt t'es portée. Le sens de cette attention ne te vient pas de suite à l'esprit.

- Disons que ça compense un peu cette atroce déception... dit-il, plus sincèrement. Car c'est bien vrai ? Vous ne vous rappelez pas ? Vraiment rien ?

Le visage du jeune homme devient négatif. Tu fronces légèrement tes sourcils. Quel émotif ! Pour un videur, c'est tout de même étrange... M'enfin. Au moins tu pouvais apprécier chacune de ses expressions. C'est vrai que changer aussi vite de ton pourrait témoigner d'un très bon jeu d'acteur plus qu'une sensibilité aiguisée. Dans les deux cas, c'est intéressant : il n'est pas à sa place ou bien il se joue de toi. Dans la première hypothèse, ce serait toi qui jouerais avec lui.

- Quel dommage. Ce fut pourtant une soirée vraiment... édifiante, dit-il d'un regard perçant.

Comme s'il pouvait atteindre ton âme. Non, la vérité sur toi était bien trop complexe pour qu'il puisse avoir le dessus et « gagner ». Mais cette mine de vainqueur qu'il arbore, satisfait de penser en savoir plus sur toi que n'importe qui dans cette foule, cela te fait sourire.

- C'est étrange alors... ça ne devait pas être aussi édifiant pour moi que ça ne l'a été pour vous, réponds-tu avec un sourire joueur. Mais il n'est peut-être pas trop tard pour vous rattraper... tu lui tends ta main. Je m'appelle Tamia Awel'Din, et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   Mar 25 Juin - 16:09

Bon, cette fois, il fallait se rendre à l'évidence : cette fille-là n'était pas aussi impressionnable que ses yeux clairs et doux le donnaient envie de croire. Dommage, décidément. La faire psychoter requérait apparemment davantage que des sous-entendus sur ses activités nocturnes de la veille. Tant pis, Slas lâchait l'affaire – jusqu'à une meilleure opportunité, du moins.
Il fut un peu surpris de voir la jeune femme lui tendre la main et se présenter en souriant. C'était une marque d'amabilité inattendue, compte tenu du début de leur conversation. Mais il ne laissa rien filtrer de ses pensées, se contentant d'enregistrer le nom dans un coin de mémoire. Tamia Awel'Din – ça ne lui disait strictement rien, mais qui sait, ça pourrait toujours servir. Elle ne s'était même pas présentée quand il l'avait raccompagnée la veille. Ou alors, elle avait prononcé son nom quelque part au milieu du charabia que Slas avait cessé d'écouter au bout de la vingt-neuvième seconde passée à la guider en ville. La conversation d'une personne défoncée n'est généralement pas d'un intérêt significatif.
Slas secoua la tête, faussement désapprobateur.
« Je ne suis pas supposé serrer la main des clients, vous savez. »
Ce disant, il tendit la main, sourire en coin, pour serrer celle de Tamia d'une poigne ferme.
« Venceslas. Ravi de vous rencontrer. »
Une pointe d'ironie glissa dans ses derniers mots, mais son sourire semblait sincère.
Là-dessus, le vacarme à l'intérieur augmenta brusquement, et une silhouette humaine traversa la porte pour venir s'affaler, vociférant, aux pieds de Slas et Tamia. L'homme se redressa en chancelant, et fit mine de retourner dans la boîte d'où il venait d'être éjecté, manifestement déterminé à prendre sa revanche sur l'agent de sécurité qui l'avait expulsé. Slas fit un pas de côté pour s'interposer, et s'enquit :
« Un problème ? »
Son ton glacial et son regard dur convainquirent l'homme que, premièrement, ce n'était pas une question de sympathie, et, deuxièmement, que le grand rouquin ne verrait aucune objection à faire entrer en collision son poing avec son visage. Il grommela des imprécations dans sa barbe, suscitant ainsi un effluve alcoolisé modérément agréable. Slas s'arrêta de respirer pour éviter ce désagrément à ses narines, et se contenta de toiser l'homme jusqu'à ce qu'il recule.
« Si vous voulez retourner à l'intérieur, va falloir faire la queue. »
Il fit un geste vers la petite file qui attendait toujours, avec une patience toute relative.
« Et dessaouler un bon coup. »
Précision utile.
Se désintéressant de l'ivrogne, Slas revint se camper devant Tamia. Tout ça lui avait donné envie de fumer encore. Il fit émerger son paquet d'une de ses poches, en tira une cigarette puis le tendit vers Tamia en précisant :
« Je ne suis pas supposé offrir des clopes, non plus. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   Sam 20 Juil - 21:21

[hrp : désolée pour le temps que je mets à répondre... gage de merde j'm'inscrirais plus à la tombola promis x)]

Le videur semble réticent à l'idée de te rendre la politesse. Mais tu persistes.

- Je ne suis pas supposé serrer la main des clients, vous savez, dit-il comme si cela avait vraiment une quelconque importance.
- Et moi je ne suis pas censée parler aux inconnus, déclares-tu avec un sourire charmeur alors qu'il se décide à mettre sa main dans la tienne.

La volonté et l'honneur des hommes étaient tellement faibles... Mais le monde étant ainsi fait, tu ne vas pas te priver de quelques abus de cette faiblesse. Après tout, à ses yeux, c'est toi le petit agneau perdu dans ce monde hostile.

Venceslas. Ravi de vous rencontrer, ajouta l'homme non sans ironie.

Tu conserves un sourire en fixant ses yeux clairs. Après cette poignée tardive, des bruits indiquent un mouvement anormal à l'intérieur de la boîte. Un homme en sortit, s'écrasant à vos pieds. Tu t'écartes un peu, regard blasé d'une épave pareille. Certes, tu avais du l'être hier, mais pas de cette façon. Non, même si tu n'avais pas eu l'air la plus intelligente du monde, tu ne t'en étais prise à personne. Enfin...

- Un problème ? Demanda Venceslas.

Le retour à la charge du client n'avait pas eu grand succès.

- Si vous voulez retourner à l'intérieur, va falloir faire la queue, lui indiqua le videur avec tout le professionnalisme dont on attendait d'un employé à sa place. Et dessaouler un bon coup, ajouta-t-il en te décrochant un sourire.

- Je ne suis pas supposé offrir des clopes, non plus, te dit-il en te tendant une cigarette de son paquet.
- Vous n'êtes plus un inconnu, ma mère me pardonnera toute tentative de conversation autour d'un bout de cancer, répondis-tu à sa proposition.

Tu prends la cigarette et lui laisse le soin de l'allumer. La dernière fois que tu avais touché une cigarette remontait à tes études de secondaire. Cela ne t'avait pas apporté assez de bien-être pour continuer mais tu ne trouvais pas non plus cela déplaisant. C'était un trait social de fumer, une caractéristique qui t'ouvrait forcément au monde. Soit pour demander une cigarette, soit pour l'offrir, soit pour du feu. Les fumeurs représentaient un groupe social duquel tu parvenais à entrer et sortir selon la situation. Et cette situation, pour continuer à être agréable, devrait se passer autour d'une cigarette.

- On dirait que ton travail te comble même si tu as l'air de t'y ennuyer. Comment on arrive à être videur d'une boîte de nuit du quartier Latin ? Engages-tu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   Jeu 8 Aoû - 12:57

Manifestement, le partage de cigarettes venait de leur faire gagner quelques points en familiarité, puisque Tamia passa spontanément au tutoiement, et poursuivit la conversation avec une question un peu plus personnelle.
« On dirait que ton travail te comble même si tu as l'air de t'y ennuyer. Comment on arrive à être videur d'une boîte de nuit du quartier Latin ? »
En voilà une qui était plutôt perspicace. Effectivement ce n'était pas excessivement passionnant, mais Slas aimait bien son boulot. Enfin, il aimait surtout l'argent qu'il gagnait ainsi, et le succès de son intégration parmi les Réels qui n'avaient jamais eu l'air de se douter de rien. Et puis on voyait du monde passer ici. Les nuits au Quartier Latin pouvaient être riches en informations pour qui a l’œil averti – et  justement, Slas avait formidablement développé ses facultés depuis son arrivée.
Quant à comment on arrive à être videur...
« Bah, tu sais... »
Il compléta sa réponse infiniment floue d'un haussement d'épaules, assorti d'un vague sourire.
« Ce sont des choses qui arrivent. »
Il se remémora brièvement son recrutement. Un entretien bref au coin du bar, après la fermeture de la boîte, histoire de convaincre le patron qu'il avait la tête de l'emploi. La seule condition était que Slas apprenne quelques techniques pour maîtriser un homme, ce à quoi le rouquin s'était prêté avec enthousiasme. Ça pouvait toujours servir, les clefs de bras. Il poursuivit, non sans ironie :
« Et c'est pas très difficile. Tu t'habilles en noir, tu te mets à l'entrée et tu croises les bras. Et t'essaie d'avoir l'air méchant, aussi. »
Il joignit le geste à la parole en surjouant délibérément, décochant sous ses sourcils froncés un regard meurtrier fort peut convaincant à la jeune femme.
« Bref, à la portée de tout le monde. ...Enfin, je te conseille pas trop quand même. »
ajouta-t-il en considérant la frêle silhouette qui lui faisait face.
Tamia n'était franchement pas le style de personne adéquat pour ce job. Il la voyait dans un truc plus... Enfin, moins bourrin quoi.
« Moi ce que je me demande, c'est comment on arrive à vouloir entrer deux soirs de suite dans ce truc ? »
questionna-t-il en désignant la boîte de nuit dans son dos. Parce qu'on va pas se mentir, hein. En terme d'ambiance et de fréquentation, il y a quand même beaucoup mieux, sans chercher bien loin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   Ven 9 Aoû - 0:21

Tu n'allais pas laisser les politesses briser ce petit échange. Il venait quand même de te serrer la main ! Attention quand même à ne pas aller trop loin jusqu'à lui laisser penser qu'il avait une chance - bien que cela ne te ferait pas de mal... - son humour semble te plaire. Il était plutôt mignon. En vrai il pouvait les avoir, ses chances.

- Bah tu sais... dit-il en haussant les épaules. Ce sont des choses qui arrivent.

Tu hausses les sourcils en fumant un peu de ta cigarette. Ce n'est pas une chose habituelle pour toi, et ça se voit. Cela donne un côté mignon à ce nouveau jeu auquel tu te prêtes : avoir de la personnalité. Pour le coup, tu devais en avoir une belle tiens ! Qu'est-ce cette nouvelle mode ?

- Et c'est pas très difficile. Tu t'habilles en noir, tu te mets à l'entrée et tu croises les bras. Et t'essaie d'avoir l'air méchant, aussi, décrivit le jeune homme en te faisant esquisser un rire avec son magnifique jeu d'acteur.

Voilà qui pouvait répondre à ta question : il fallait manquer de goût vestimentaire, d'originalité, être statique et morne tout en sachant faire la grimace. Merveilleux métier que videur de boîte de nuit ! Tu n'avais pas beaucoup d'éléments de comparaison mais bon, dans la tête de tous en général, les videurs sont bien plus imposant que Venceslas. Il devait avoir son petit truc à lui pour s'être fait embauché ici. C'est vrai que de prime abord il savait rester distant et assez froid pour qu'on ne vienne pas lui chercher trop d'ennuis mais bon, une fois la fine couche de glace brisée, il n'était pas du tout à la hauteur des gros-bras qu'on pouvait voir d'habitude ! Une chance, pour lui comme pour toi.

- Bref, à la portée de tout le monde. ...Enfin, je te conseille pas trop quand même, ajouta le videur.

- Oh, tu crois ? Pourtant vu comment tu exposes ça, je m'y serais bien essayée, dis-tu en prenant la position qu'il venait de te mimer. Je crois que tu dis ça à cause des cheveux... poursuis-tu en cessant ton air pseudo-menaçant.

Tu retires à nouveau un peu sur ta cigarette. Un peu moins pitoyablement qu'au début.

- Moi ce que je me demande, c'est comment on arrive à vouloir entrer deux soirs de suite dans ce truc ? Dit-il en te visant.

Tu fais une moue dubitative.

- Parce qu'entre nous... j'ai su dés le premier regard qu'une grande aventure nous attendait et que... dans l'adrénaline je n'ai pu résister à la boisson pour oser venir à toi sauf que tu avais trop peur du destin pour monter dans mon appart' alors j'étais obligée de retenter ma chance ce soir, réponds-tu sérieusement et langoureusement

Mais tu perds vite cet air et explose de rire. Tu n'avais tout simplement aucun souvenir de la soirée d'hier et revivais - avec pour seul point commun le lieu - cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   Ven 23 Aoû - 18:05

Euh, je rêve ou elle me fait du charme, là ? Ben oui, c'était ça, ou quelque chose d'approchant. D'un ton sensuel Tamia commençait à parler de destin et de grande aventure – fallait qu'elle fasse attention sinon les mots « cheval blanc » ou « prince charmant » allaient jaillir de ses lèvres.
Slas abrita ses pensées derrière le voile de fumée qu'exhalait sa cigarette. L'éclat de rire final de la jeune femme lui tira un sourire ; elle avait l'hilarité contagieuse. Mais il effaça promptement cette expression, au profit d'un air profondément mélodramatique.
« Ce n'est pas gentil de me faire un faux espoir comme ça... Mon pauvre petit cœur, il est fragile ! »
Il la fixa de ses grands yeux verts et tristes, une paume théâtralement posée sur la poitrine, luttant contre le sourire hilare qui lui chatouillait les lèvres. Slas tira sur sa cigarette pour masquer de ses doigts ledit sourire, avec plus ou moins de succès mais c'était sans importance. Lorsqu'il avait vraiment de l'intérêt à jouer la comédie, l'irréel s'y prêtait avec beaucoup plus d'application. Ceci n'était qu'une discussion sans enjeu – assez plaisante d'ailleurs. Mine de rien, les gens avec un tant soit peu d'humour n'étaient pas si fréquents dans le secteur. Cette fille à qui il n'avait pas réussi à faire peur avait l'air prête à jouer son jeu, ce n'était pas désagréable. Rien que pour la voir l'imiter et jouer les gros bras de pacotille, ça valait la peine d'être venu travailler. Pour la voir fumer, aussi. Au passage, Slas se promit de ne pas lui proposer une seconde cigarette, ce serait pur gaspillage. Tamia n'avait franchement pas l'air d'une fumeuse – mais bon, au moins elle prenait la cigarette par le bon côté, c'était déjà ça, huhu.
Il inhala plusieurs taffes, l'air en pleine réflexion. Puis il reprit, après avoir retrouvé tout son sérieux :
« Enfin, tu rigoles, mais.... je sais bien qu'au fond de toi, tu y crois. »
Il parlait lentement en regardant Tamia droit dans les yeux.
« Parce que tu l'as senti ! C'est le destin. J'ai voulu fuir hier, mais ce soir je dois me rendre à l'évidence. ...Je tâcherai d'être plus courageux, emmène-moi donc à l'aventure ! »
Une tirade proférée sur un ton un chouïa théâtral, mais cette fois Slas avait le visage sérieux. Pince-sans-rire.
Néanmoins une précision de taille se devait d'être faite :
« Enfin, après mon boulot. »
Il jeta un coup d'oeil explicite par-dessus son épaule, histoire au passage de voir s'il se passait des trucs intéressants à l'intérieur.
« Tu as de fort jolis yeux mais je n'ai pas spécialement envie de me faire virer pour eux. »
Il lui offrit son sourire charmant, paré à toute éventualité – y compris à ce qu'elle le prenne trop au sérieux et lui mette une baffe, certaines femmes s'avéraient plutôt extrêmes quelquefois.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ticket gagnant - Venceslas Sorovski   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ticket gagnant - Venceslas Sorovski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» s'il y a un prix pour manque de jugement, je crois que j'ai le ticket gagnant (megara)
» Haiti-Élections: Lespwa est le grand gagnant
» Dream ticket :Obama/Gore
» Ticket pour pose de MS
» Comment faire un ticket pour poser des MS ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illuvis ::  :: Corbeille :: RPs abandonnés-