Partagez | 
 

 Aemilia F. O’Aodhan -Because life ‘s an eternal gamefield [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aemilia F. O'Aodhan Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 1365
Age : 24
Fiche de présentation : Let's meet here will ya?
Sexe :
  • Féminin
Habitation : Une petite maison en campagne
Sexualité : Hétéro, maman
Métier : Capitaine de l'armée d'Edernys
Humeur : Troublée
avatar
Militaire
MessageSujet: Aemilia F. O’Aodhan -Because life ‘s an eternal gamefield [Terminé]   Sam 23 Fév - 16:57



Aemilia F. O'Aodhan
Ready to enjoy with me the funny walzer of blood and death ?

______




La base

Nom : O'Aodhan
Prénom(s) :Aemilia Flaminia, Lia pour les habitués
Age apparent :15 ans ! Si fait ! Enfin dans ses rêves ! Parce que c’est beau de rêver, hein ?
Age réel :26 ans (anniv: 7 Avril)
Statut civil :Réelle
Métier :Capitaine de l'armée d'Edernys
Sexualité et statut:Hétéro, célibataire, libertine et fière de l’être !
Lieu d'habitation : Quartier Est d’Edernys

Description physique : tout le monde s’accorde pour le dire : Lia est vraiment un beau brin de fille. Et ce n’est certainement pas elle qui s’amusera à prôner l’inverse. Mesurant dans les 1m67, c’est ainsi une jeune femme souple et élancée, dont la carnation très claire porte les marques à la fois de ses nombreux entraînements fort éprouvants et des missions diverses et variées qu’elle a été amenée à réaliser au cours des ans. Marques ceci dit qui ne la dérangent absolument pas. C’est pas que, mais c’est une militaire la demoiselle ! Alors autant dire que les bobos et blessures en tous genres, elle y est habituée !  Et si ma foi ces derniers se font trop visibles, eh bien, quelques petits tatouages comme ceux qu’elle a dans le dos ou sur la hanche ne feront de mal à personne ! Bien au contraire, ils ne feront que rehausser l’éclat incarnat de ses prunelles et l’ovale de son joli visage expressif encadré de longues mèches rousses aux reflets rouges (balayage oblige depuis son plus jeune âge) la plupart du temps relevées en chignon au dessus de la nuque,conformément au règlement de la base….


Le caractère

♣ TON CARACTERE ♣
Vive, bourrée d’énergie, Lia est avant tout une jeune femme enflammée qui peine à tenir en place. Pas qu'elle ne puisse pas le faire lorsque cela est nécessaire, oh non ! Elle sait être tranquille, prendre son mal en patience, rester calme. Mais...uniquement dans certains cas. Lors d'une mission de reconnaissance par exemple. Il lui faut se mouvoir, s'occuper. Excellente danseuse, elle n'hésite d'ailleurs pas à épuiser tous ses cavaliers au cours de soirées en boite endiablées. A tel point que certains en viennent à se demander s'ils n'ont pas devant eux une gamine de quinze ans à la place d'une adulte presque trentenaire.

Et en effet, Lia est encore très enfantine, du moins quand elle n'est pas de service. Allègre, friponne, coquine et excitée comme une puce, elle adore taquiner, jouer des tours aux personnes qu'elle affectionne....il faut bien s'amuser comme l'on peut en ce bas monde n'est ce pas ? Et puis, ma foi, si cela ne plaît pas aux vieux grincheux, une petite moue attendrissante suffira pour excuser toutes ses fantaisies...Ouverte sur le monde, la jeune femme aime papoter, rire, et adore une fois en week end écouter ce qui se dit autour d'elle et faire part de ses vues sur des sujets anodins. Évidemment, il ne s'agit pas de révéler des secrets d'état, ou de critiquer quelque chose qu'il ne faudrait pas, du moins pas avec tout le monde. Lia n'est pas bête. Absolument pas. Très intelligente, elle sait en qui elle peut avoir confiance et de qui se méfier. Et Lia n'a pas confiance en beaucoup de personnes.....En revanche, pour ce qui est de glaner des infos, c'est une championne...

Mis à part cela, Lia est quelqu'un sur qui l'on peut compter. Fiable et fidèle, du moins en amitié, elle fera de tout pour donner un coup de main à ceux qui lui sont chers et pourra se montrer très discrète si on lui fait des confidences. Appréciée pour sa bonne humeur, son énergie, sa ténacité, Lia n'aime pas laisser tomber les gens ou les affaires, encore moins ses proches. Un mélange d'affabilité et d'égocentrisme donc. Car Lia est jolie. Se sait jolie. Inutile de le cacher ,cela ne servirait à rien. Il n'y a que les imbéciles pour jouer à ce petit jeu débile. Et elle n'aime pas les imbéciles de service....sauf peut être pour s'en moquer de temps à autres. Elle est belle, jeune, sait que l'on l'observe, que l'on l'admire. Ce qui n'est pas pour lui déplaire.

Curieux lorsque l'on sait qu'à une époque, elle était totalement dégoûtée des hommes et de tout ce qui touchait de près ou de loin le corps.Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts. Son corps, elle le maîtrise à présent à la perfection. Tout comme son passage à l'armée lui a fortifié le caractère. Et ce qui l’écœurait quelques années plus tôt est devenue l'un de ses principaux atouts pour que l'on vienne lui picorer au creux de la main. Tant est si bien qu'elle accumule les aventures, se délectant de la cour que ces pauvres soupirants s’évertuent à lui faire, impitoyable à leur encontre. D'autant qu'à son charme naturel s'ajoute une coquetterie bien prononcée qui fait tourner bien des têtes....

Rien de tout cela à l'armée bien évidemment. Du moins pratiquement rien. Efficacité, sérieux, droiture sont de rigueur : aussi hors de question de commencer à courir à droite et à gauche en s'esclaffant comme une gosse de cinq ans. Militaire depuis des années, Lia fait son devoir le mieux possible, non sans parfois se prendre la tête avec quelques uns de ses supérieurs. C'est qu'elle n'est pas facile, la demoiselle. Têtue comme une mule, elle déteste qu'on lui ordonne de faire des choses totalement absurdes et ne se prive pas de le faire savoir, en toute délicatesse. (ou pas parfois) D'accord pour les ordres, mais par pitié pas des manœuvres inutiles, coûteuses et mal fichues. En tant que capitaine, elle peut bien se permettre de donner son avis non ? Tiens d'ailleurs en parlant de cela, Lia est à la fois juste et sévère avec ses hommes. Non par méchanceté. Mais parce qu'il est nécessaire de faire régner l'ordre. Et gare à celui qui viendrait lui chercher des noises ! Ce serait la pire bêtise qu'il puisse faire ! La capitaine a beau être une demoiselle compréhensive, proche de ses soldats, elle ne se gênera pas pour foutre une bonne raclée à ceux qui auraient la mauvaise idée de l'enquiquiner !

Eh ouais, courageuse la Lia. Jamais à se plaindre. Jamais à rechigner à la tâche. Mais téméraire. Un peu trop parfois. Elle n'a pas peur de vivre. Encore moins de mourir. Alors elle joue avec le feu, même si elle s'est à peu près calmée depuis sa nomination en tant que capitaine. N'aimant pas parler d'elle, encore moins de son passé, elle garde tout pour elle, évitant de mentionner les sujets qui fâchent. Et s'il lui vient une crise, une clope et un verre d'alcool feront l'affaire pour se remettre d'aplomb. Concernant les Irréels, disons qu'elle ne comprend pas pourquoi certains individus les détestent autant. Certes, ils ne sont pas tout à fait comme les humains lambda, mais tant qu'ils ne causent pas d'ennuis, inutile de les fustiger et de les traiter comme de la vermine. Certains humains peuvent être même pires....En revanche, le développement de la drogue l'inquiète énormément. D'autant que le gouvernement semble éprouver quelques difficultés afin de trouver une solution au problème....



L'histoire

♣ TON HISTOIRE ♣

Il est dur de faire étal de ce dont l'on ne veut pas parler. De ce que l'on s'évertue corps et âme à dissimuler. Parfois, ignorance et mensonge valent mieux que la vérité. Et en naissant par une splendide journée de Printemps, Aemilia ne se doutait pas le moins du monde qu'elle serait obligée d'y avoir recours un jour pour se protéger.

Pourtant, elle avait tout pour être heureuse au départ : pas de frères et sœurs pour détourner l'attention de sa petite personne, des parents aimants, tous deux artistes, qui de surcroît s'adoraient, des tas de câlins et de jouets, une très jolie chambre dans un appartement cosy du quartier Nord d'Edernys, et plein de petits voisins avec qui faire les quatre cent coups. Certes, son père n'était pas des plus virils avec ses longues manches rembourrées de dentelle, son air efféminé et ses manières ampoulées et l'argent ne coulait pas à flots, mais là n'étaient que des détails. La famille ne manquait de rien. Et pour une enfant aussi vive et espiègle que la demoiselle, cela équivalait au Paradis sur terre.

A cet âge là, les souvenirs sont fugaces. Deux événements devaient cependant marquer à vie la jeune Lia. Tout d'abord, son premier contact avec le sport, tout particulièrement la danse. Parce que la misstinguette ne tenait pas en place, qu'il lui fallait toujours bouger, toucher à tout, au risque de provoquer des catastrophes qui mettaient en émois les familles voisines -ce qui n'était pour plaire à personne bien évidemment-sa mère eut l'idée de l'inscrire pour ses quatre ans non seulement à des cours de gymnastique, mais aussi de danse moderne. Histoire de canaliser ce trop plein d’énergie qui causait tant d'ennuis ainsi que de l'occuper un minimum. Ce qui réussit au delà des espérances, Lia étant non seulement enchantée, mais aussi douée. Souple, agile, l'enfant adorait ces moments où les pas se mêlaient à des airs entraînants, où les corps se libéraient allègrement et se contorsionnaient. Et quelle satisfaction que de recevoir les compliments de sa prof après avoir particulièrement bien compris un mouvement avant de se retrouver à l'avant lors du gala de fin d'année ! Bien sur, ce n'était pas grand chose, comparé à ce que  parvenaient à faire les grandes demoiselles de dix ou douze ans qui prenaient leur leçon juste avant elle : mais c'était toujours mieux que rien, d'autant que la petite promettait.

Elle aurait d'ailleurs pu penser à entamer (pas de suite bien sur!) une carrière de ballerine si la mort de sa mère n'avait pas bouleversé sa courte existence. Une grossesse qui avait mal tourné. Très mal tourné, en dépit des efforts des médecins. La pauvre femme s'était éteinte dans d’atroces souffrances, laissant son enfant en compagnie d'un père inconsolable. Lia avait six ans. Venait de commencer son primaire. L'horreur en somme. Ceci dit, elle avait du très vite sécher ses larmes. Sa mère ne reviendrait pas. Personne ne pourrait le la lui rendre. C'était un fait, qu'elle ne fut pas longtemps à  comprendre du haut de ses six ans. Inutile donc de la prendre avec des pincettes, à l'instar de certains adultes lors des funérailles : elle n'était pas une cruche, ne tenait pas à le devenir. Qu'on lui fichât la paix ; voilà tout ce qu'elle demandait.

Il aurait d'ailleurs mieux valu pour tout le monde que sa mère ne mourût pas. Ses cris de douleur lorsque les infirmières l'avaient transporté en salle de travail n'auraient alors probablement pas hanté les nuits de sa fille à compter de ce jour, tout comme son époux n'aurait probablement pas sombré dans la folie la plus complète. Fou amoureux de sa femme, ce dernier commença par s'enfermer de longues semaines durant dans son atelier, mangeant à peine, buvant à peine, produisant des œuvres délirantes tout en invoquant sa femme entre deux coups de pinceaux, délaissant ainsi entièrement sa petite fille qui se retrouva bien vite sitôt les cours finis chez sa voisine du dessous,  une femme d'un certain âge qui s'occupa du mieux qu'elle pût d'elle, s'assurant au moins qu'elle se sustentât convenablement. Dans ces conditions, difficile de vraiment se concentrer sur ses études. Elle faisait ce qu'elle pouvait, parvenait à toujours s'en sortir avec des notes correctes, mais sans plus. Et hors de question de parler de ses ennuis aux instituteurs, bien qu'ils eussent été au courant de sa situation : cela ne les concernait pas. Plutôt souffrir que de raconter ce qui se passait chez elle. Horrible petite fierté qui ne ferait que croître au fil des ans, l'isolant d'une certaine façon du monde alentours...

Et heureusement qu'il y avait encore les cours de danse pour décharger toute la tension accumulée, sans quoi, c'eût été bien pire. Au bout de deux mois, son père s'était repris. Enfin......du moins, il s'était décidé à sortir de sa léthargie. Ce qui n'était déjà pas si mal. Il s'était souvenu qu'il avait une fille, qu'il fallait peut être qu'il s'en occupe un minimum et qu'il se remette à bosser histoire de lui payer ses cours ! Ce qu'il avait fait assez rapidement, au grand soulagement de la petite...tout en étant de plus en plus étrange. Elle l'avait ainsi vu s'entourer au fur et à mesure d'un nombre impressionnant de breloques, bibelots, bijoux qui avaient appartenu à sa mère, allant même jusqu'à s'habiller avec ses robes de chambre lorsqu'il n'était pas en déplacement. Pour le coup, elle n'avait pas trop bien compris. Et n'y avait pas trop accordé d'importance. Papa était de retour, Papa la câlinait, la gâtait et dessinait de nouveau. Il pouvait bien agrémenter sa chambre de gerbes, ficher des rideaux noirs aux fenêtres et marmonner des propos incompréhensibles dans sa barbe. Le savoir de nouveau à ses côtés lui suffisait amplement.

Trois années s'étaient alors écoulées sans trop de soucis. Ses notes n'avaient pas tardé à remonter parallèlement aux ventes de son père, et elle avait pu croire à juste titre qu'en dépit de ses sautes d'humeur, de ses lubies ou encore de ses discours grandiloquents sur l'art et la Perfection, le cauchemar avait enfin pris fin. Aussi qu'elle n'avait été sa surprise mais aussi son ravissement lorsque son artiste de père lui avait proposé de poser pour lui un beau soir, les mains dans ses longues mèches de feu. Pour sur qu'elle avait accepté. Pour sur qu'elle l'avait fait avec plaisir, heureuse de lui être utile, amusée par ce nouveau jeu qui consistait à prendre la pose dans de jolies robes blanches pendant quelques heures! Cela ne faisait de mal à personne n'est ce pas ? Sauf que très vite, ce petit jeu avait tourné à l'obsession. Les poses s'étaient succédées , inlassablement, toujours plus longues, toujours plus éprouvantes, toujours plus osées. Les petites robes blanches avaient cédé la place à des tenues sombres, dévoilant une bonne partie de son corps en formation, les mimiques d'enfant à des coups d'yeux félins, langoureux. Et hors de question de se plaindre trop fortement, de demander un répit ne serait ce que pour étudier une fois rentrée : contrarier son père aurait été la pire chose à faire... Elle était son ange, sa muse, son œuvre d'art absolue, sa petite madame. Chaque instant devait être saisi....ne serait ce que pour réaliser de meilleures ventes.....Et si ses notes baissaient, si les profs lui faisaient remarquer qu'elle devait plus s'impliquer, si elle manquait presque tous ses cours de danse, ce n'était pas grave : qu'étaient les études face à la beauté de l'Art?

De l'air. De l'air. Se sentant prise au piège, elle avait pris l'habitude d'inventer mille et un prétextes pour ne surtout pas rentrer directement à la maison après les cours, la peur au ventre, l'esprit bouillonnant de rage. Jusqu'à cette journée d'Octobre. Cette journée où tout avait basculé. Il avait voulu qu'elle pose nue. Entièrement nue sur un lit de roses noires. Elle s'y était opposée. Vivement. Comme elle ne l'avait jamais fait. Avait voulu quitter l'atelier, prendre ses affaires, se barrer après lui avoir lancé les quatre vérités en pleine face, exaspérée...Quand était venue l'agression. Agression de ses lèvres, agression de ses sens, agression de ce corps en pleine croissance. Cela hurlait le nom de sa mère, cela pleurait, cela fulminait, cela la noyait de baisers tout la pénétrant sans ménagement. Calme. Froideur. Puis d'un coup colère. Cette colère trop longuement contenue qui avait éclaté au grand jour et lui avait permis d’attraper une plume d'encre qui avait roulé non loin de là dans la confusion et de l'enfoncer de toutes ses forces dans le dos de l'autre ahuri. Une fois. Puis deux. Puis trois. Pas de quoi le tuer, brisée comme elle l'était. De quoi tout de même lui arracher des beuglements de douleur qui avaient alerté les voisins, lesquels inquiets, avaient fait appel aux forces de l'ordre. Drôle de spectacle qui avait du s'offrir à leur vue lorsque, après avoir défoncé la porte d'entrée, ils l'avaient trouvé sans connaissance, couverte de sang, son paternel gémissant tel un porc égorgé...

Elle n'avait que douze ans. Douze ans et demi plus précisément.

Aussitôt, elle avait été prise en charge. Plusieurs semaines d'hosto, sans compter un suivi psychologique qui s'était prolongé au delà de son rétablissement, tout en étant placée dans une famille d'accueil dans le quartier Est . Il le fallait bien, elle était mineure et n'avait plus personne pour s'occuper d'elle. De son père, elle n'avait rien voulu savoir. Rien du tout. Le psy était bien gentil, mais elle n'avait rien à lui dire. Ne voulait pas en parler. Et de ce fait, était restée deux semaines sans prononcer un seul mot. Pareil avec sa famille d'accueil : ses membres étaient adorables, avaient fait de tout pour qu'elle se remette, mais cela ne les regardait pas. Absolument pas. La paix. Juste la paix. Et puis s'occuper d'une façon ou d'une autre. Encore et toujours pour ne pas avoir à y penser.

Niveau études, cette fin de secondaire avait été la galère absolue. D'une, parce que le retard pris était conséquent. De deux, parce qu'elle n'avait plus envie de rien. Et encore moins d'études longues et complexes. Elle ne tenait qu'à oublier. C'est là qu'elle avait entendu parler de la possibilité qui s'offrait aux élèves d'effectuer leur tertiaire à l'armée. Impecc'. D'autant que si ca pouvait...aider à sauver des gens...comme dans son cas.... Une fois son secondaire en poche (parce qu'elle l'avait tout de même réussi, son examen final, bien que de justesse), elle s'était engagée dans le système militaire, bien décidée à s'y donner à fond. Système qui dans un sens, avait été pour elle une salvation : là bas, pas de poupée qui tienne, encore moins d’œuvre d'art. Tout le monde était logé à la même enseigne, y compris pour les punitions. Pas facile pour un sou, Lia s'était, surtout les premiers temps, retrouvée souvent au pain et à l'eau, notamment parce qu'elle avait une sale tendance à ficher des coups à ses camarades. Attitude compréhensive. Déjà que les filles à l'armée, ça court pas des masses, alors les jolies....ça attire forcément ces messieurs. Et Lia n'avait aucune, mais aucune envie de se laisser dominer par ces abrutis....d'autant plus que la première année, elle était encore sous le choc....

Puis elle s'était habituée. Avait repris du poil de la bête. A défaut d'être particulièrement forte, elle était souple et rapide, et comprenait vite ce qu'il fallait faire. Sous les ordres de cette vieille bique de Berkam, elle s'était amélioré, tout en lui en faisant voir là encore de toutes les couleurs, de sorte qu'elle avait rapidement gravi les échelons. La proximité avec les hommes combinée à son boulot le week end dans un bar au black-histoire de ne dépendre de personne et de se payer son logement- lui avait permis de redécouvrir son corps, de le contrôler et de l'apprécier à sa juste valeur. Et petit à petit, son goût pour la vie était revenu....lentement....mais sûrement. Même les plaies les plus graves finissent un jour par cicatriser....

Aujourd'hui, Lia est une jeune femme épanouie, forte, déterminée, qui ne se laisse pas compter fleurette. Fraîchement nominée Capitaine, elle fait de tout pour assurer la sécurité des citoyens, son fouet prêt à déchiqueter les chairs d'un éventuel imbécile, son passé gentiment enfoui dans son cœur. Après tout, ces choses là n’intéressent personne....autant se concentrer sur le problème des Irréels....

MAJ: suite au monologue : Petite vie, petit être, Lia est à présent enceinte de quatre mois.



Et sinon?

Pseudo :Axia la seule, l’unique, la sublis…oups pardon !!
Age :20 ans tout rond :3
Personnage sur l'avatar :Corticarte de Shinkyoku Shoukai Polyphonica
Comment as-tu connu le forum :*caresse doucement son ruban en dentelle et son petit ruban rose avec clochette, les yeux en l’air* huum…tiens c’est vrai ça, comment j’ai fait, je me le demande bien !!!^^
Une dernière chose à dire ?LOVE YA ALL <3 (Et le prochain qui me sort que Lia a de gros boobs tâtera de mon fouet !!!!!! NA !!!)

Revenir en haut Aller en bas
Cyrius Berkam Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 2340
Age : 26
Fiche de présentation : Pour en savoir plus sur Cyrius
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Dans des môtels dans un peu tout Edernys
Sexualité : Avec Ismahen.
Métier : Retraité forcé.
Humeur : Tendu & harassé
avatar
Réel
MessageSujet: Re: Aemilia F. O’Aodhan -Because life ‘s an eternal gamefield [Terminé]   Dim 24 Fév - 12:06

Dis donc toi.

Où t'as vu jouer que j'étais une vieille bique ?!

*montre les dents*

Non mais tch, la vieille bique de Berkam elle va t'envoyer faire des pompes fissa ma grande ! *morte de rire*

Bon juste un point ! Vu qu'on a fait des couleurs de cheveux/yeux des points de différences entre Réels et Irréels, il faudrait juste que tu dises que ma chère élève Lia, s'est fait teindre les cheveux dès son plus jeune âge ? (ou balayage, ou mèches hein, et pas forcément besoin de l'insérer dans l'histoire sauf si tu veux en faire un point particulier)
=> du coup j'ai fait un petit rappel là pour pu qu'on aie de soucis : http://illuvis.forumactif.org/t56-petits-eclaircissements#135

Sinon ta fiche est toute bonne et j'attends juste cette modification pour te valider en bonne et due forme, et te coller le joli rang de MILITAIRE ♥


PS : j'ai beaucoup aimé ta fiche ♥
Revenir en haut Aller en bas
Aemilia F. O'Aodhan Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 1365
Age : 24
Fiche de présentation : Let's meet here will ya?
Sexe :
  • Féminin
Habitation : Une petite maison en campagne
Sexualité : Hétéro, maman
Métier : Capitaine de l'armée d'Edernys
Humeur : Troublée
avatar
Militaire
MessageSujet: Re: Aemilia F. O’Aodhan -Because life ‘s an eternal gamefield [Terminé]   Dim 24 Fév - 12:19

Oula....alors...ouais je vois ce que tu veux dire :) ben écoute, va pour le balayage toute jeune à cause de son père pourri et elle a pris l'habitude (et préciser qu'elle est plutôt rousse normalement) par contre, pour les yeux......elle les a rouges aussi......:/ donc je sais pas là, c'est une ET XDDD voilàà ^^ Vais quand même rajouter ce point dans ma fiche de suite ^^

EDIT: voilààà fait :3 (et le film dont je te parlais, c'est My Little Princess......flippant comme tout, mais à voir et à revoir ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Cyrius Berkam Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 2340
Age : 26
Fiche de présentation : Pour en savoir plus sur Cyrius
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Dans des môtels dans un peu tout Edernys
Sexualité : Avec Ismahen.
Métier : Retraité forcé.
Humeur : Tendu & harassé
avatar
Réel
MessageSujet: Re: Aemilia F. O’Aodhan -Because life ‘s an eternal gamefield [Terminé]   Dim 24 Fév - 12:52

On dira qu'elle a les yeux marrons et qu'au soleil ça donne des éclats rouges va purizu

Je te valide ♥️

Bienvenue chez les Militaires ! lolface
Revenir en haut Aller en bas
Caleb Stain Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 771
Age : 23
Fiche de présentation : Coucou
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Sur la route
Sexualité : Inderterminée pour l'instant
Métier : Révolutionnaire?
Humeur : Énervé.
avatar
Irréel
MessageSujet: Re: Aemilia F. O’Aodhan -Because life ‘s an eternal gamefield [Terminé]   Dim 24 Fév - 17:33

Mais Liaaaaa, pourquoi? T_T *déprime sur la taille de la fiche et l'enfance horrible des membres de ce forum*

Heureusement qu'elle est ce qu'elle est aujourd'hui ;A; VAZY CASSE-LEUR LA GUEULE A TOUS *hrm*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Aemilia F. O’Aodhan -Because life ‘s an eternal gamefield [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aemilia F. O’Aodhan -Because life ‘s an eternal gamefield [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» life is a joke ✘ DAWN. (Terminé)
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illuvis ::  :: Présentation :: Militaires-