Partagez | 
 

 d a k o t a • ain’t need no hype

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité avatar
MessageSujet: d a k o t a • ain’t need no hype   Lun 28 Avr - 1:05



Dakota Spitznogle
• Live fast • Die young • Bad girls do it well •

______

La base

Nom : Spitznogle
Prénom(s) : Dakota
Âge apparent : 29 ans
Âge réel : 36 ans
Statut civil : Irréelle
Métier : Mécanicienne
Sexualité et statut: Bisexuelle / Homoromantique / Célibat mouvementé
Lieu d'habitation :  Quartier Ouest, chez Astrid.
Description physique :       Grande taille, épaules larges, poings serrés, démarche rapide, changements de direction trop rapides, tu es facile à repérer dans la foule, plus dure à suivre, surtout quand on sait que la musculature de tes bras ne fait pas de toi une gentille géante et sert plus souvent à soulever des portes de train et à envoyer tes phalanges s’écraser sur quelques appendices nasaux. Ton physique quelque peu atypique te donne droit à des œillades régulières, des curieux, des gens qui se demandent ce que tu es, toi trop carrée, à la peau sombre, parfois des enfants t’approchent, te demandent si tu es un monsieur, parfois des adultes t’approchent, demandent avec un mélange de curiosité et d’appréhension si tu as été créée, vous savez ? Une Irréelle.
      Aux enfants et aux adultes, tu réponds de la même manière, levant un doigt vers le ciel et crachant des insultes de ta voix trop grave. C’est vrai quoi, c’est personnel, on ne va pas voir son voisin de métro pour lui demander s’il a des intestins. Même si, en effet, tu n’en as pas.
     
Sur certains points, tu ressembles presque à Astrid, à ta réelle, quelques détails à peine, la forme d’un nez, une grimace, la courbe de la mâchoire, quelqu’un habitué aux traits de la jeune femme pourrait vous croire sœurs. Si ce n’était que tes cheveux sont bruns, foncés, un peu graisseux sans que l’on ne sache toujours si c’est par manque d’hygiène ou si tu t’es reçu du cambouis sur la gueule au boulot ; ta peau est plus sombre, tes lèvres plus charnues, ton expression habituelle moins aimable, ton visage constellé de tâches pigmentaires, tes yeux loin d’être bleus. Tes iris changent, selon la lumière ils seront marrons, s’éclaireront d’orange, s’illumineront d’accents dorés au soleil, mais souvent ils sont assombris par les mèches de cheveux qui te tombent anarchiquement sur le front, et par des envies de meurtre violent de tes collègues les plus crétins à l’aide d’un fer à souder et d’une clef de 24.  Pas de pigment, pas d’entretien, tu laisses ton visage vierge de tout ça, à moins qu’il ne prenne l’envie à Astrid de s’amuser avec ses fards, ton nez brille un peu, mais tu t’en fous, tu passe tes journées penchées sur des moteurs et tu n’es pas encore assez désespérée pour tenter de séduire une machine.
     
      Ce je-m’en-foutisme du regard porté sur ta personne se retrouve donc dans tes tenues habituelles, constituées de vieux pullovers récupérés dans des centres de charité, des jeans trop larges, troués, des salopettes tachées de peinture et d’huile de vidange, des t-shirts publicitaires ridicules. Parfois Astrid t’ordonne de faire un effort, elle te fournit une veste en cuir et te jette un pantalon propre, mais honnêtement, tu t’en fous. Tu t’en fous de sentir comme le métal chaud, le cambouis et l’essence dont tu charges les trains de la ville, comme le café noir d’encre que tu engloutis huit fois par jours et comme le chien que l’on sort sous la pluie. Tu n’es pas allergique au gel douche senteur fleur de poirier à la fraise, mais tu n’as jamais hésité à aller acheter des croquettes pour chat en bleu de travail, les animaux valent mieux que les abrutis qui rient sur ton passage, ces derniers ont d’ailleurs de plus grandes chances d’être laissés avec le nez en sang dans une poubelle de non-recyclable.

Le caractère

          Astrid, oh Astrid voulait une amie, une compagnie, une présence qui penserait comme elle… Et c’est réussi, ou presque. Car ton tempérament est bien loin de celui de ta réelle, Dakota. Là où elle se montre calme, polie, plutôt réservée, encore pétrie des valeurs qu’on lui a enseignées, tu es bruyante, tu parles trop fort, tu t’emportes vite, tu emmerdes les convenances. Pas d’attitudes de jeune fille bien élevée, pas de respect pour tes aînés, surtout quand ils ne montrent pas la moindre once de respect pour toi. Tu es vocale, tu dis les choses, tu ne les laisses pas te plomber, tu pousses tes gueulantes dès qu’il le faut, sans attendre, sans pincettes, sans ménager les sensibilités. Tu n’es pas le reflet d’Astrid, mais pourtant, tu lui ressembles, dans ta tête, tu concentres toute ses frustrations, tout ce qu’elle aurait voulu être, ce qu’elle aurait rêvé dire, tu es comme la personnification de son refoulement profond, un concentré de cette intériorité étouffée par des années d’éducation genrée, stricte et aliénante. Les mêmes choses vous énervent, être sous-estimées, être réduites à un vagin dans une robe de dentelle, mais là où Astrid reste relativement calme, tu t’enflammes, tu gueules, tu frappes s’il le faut. Les mêmes choses vous amusent, vous ennuient mais tu réagis plus vite, plus violemment, sans être retenue par les règles intériorisées par Astrid, bien malgré elle. Elle est ingénieure, tu répares les trains qu’elle aide à concevoir, d’un point de vue intellectuel, vous vous valez. Certes, tu serais bien incapable de faire son travail, mais tu excelles à trouver les failles, les problèmes et leurs sources face à une locomotive qui a « un bruit ».
      Extravertie, tu n’as pas de problème pour interagir avec d’autres individus, à moins qu’ils ne présentent des failles dans leurs capacités cognitives, cas malheureusement trop fréquent que tu aimerais résoudre avec un poing dans la gueule. En vérité, tu aimes bien les gens, sauf certains, mais tu les aimes bien quand même ; dans la rue, tu te plais à les complimenter, c’est gentil de ta part, si tu savais faire un compliment. « Eh mademoiselle t’as bien choisi ton short ton cul c’est une bombe ». « Eh mon joli ça t’irais trop bien  cette veste mais avec rien d’autre tu vois ? » « Eeeh ton rouge à lèvre il est canon je peux tester ? ». Ouais Dakota, mais non, ça ne se fait pas dans la rue, encore heureux que tu sais accepter un refus sinon tu serais vraiment lourde. Mais sinon, t’aimes bien les gens. Jusqu’à ce qu’ils te prennent de haut ou tentent d’argumenter avec toi et déterrent ton côté têtu. Là, ça commence à piquer un peu car tu aimes peut-être un peu trop avoir raison et relever des défis, tu as d’ailleurs en général un problème avec les défis, un esprit de compétition trop présent, un côté gamin qui ne refuse jamais une course. Heureusement, tu gardes la droiture d’esprit d’Astrid et si tu peux te montrer rancunière, tu n’es pas adepte des coups bas, sauf exceptions évidemment.
      Finalement, on peut compter sur toi, en six mois d’existence, tu n’as pas encore pu te constituer un énorme répertoire d’amis, mais tu leur restes loyale, malgré tes piques et ton habitude à leur refiler les chatons trouvés dans la rue dont Astrid ne voudrait pas s’occuper.
      Tu revendiques ce droit à la liberté, et ça peut être problématique, déjà parce que tu es une Irréelle. Dans ce genre de cas, il semble compliqué de ne pas se sentir concernée par les droits de tes semblables, de ne pas s’énerver quand on entend que les Irréels ne sont qu’une main d’œuvre à moindre prix, que certains peuvent en faire ce qu’ils veulent, qu’il est même possible d’en créer pour son simple amusement. Alors tu grimaces en lisant les journaux, en entendant des débats sur le sujet, parce que les Réels ne savent pas ce que c’est de voir sa vie modelée, de risquer d’être tué dans une rue par un malade parce qu’après tout ils n’existent pas légalement, de ne pas pouvoir prétendre à la moindre justice. Tu n’as pas de cœur, pas de poumons, pas de foie ni de rate, mais malgré tout tu veux exister, être considérée comme ce que tu es, un individu doué de raison, de sentiments. Et malgré tout, il faut que tu te dises humaine, histoire d’être payée assez au travail, histoire que l’on ne t’envoie pas crever, histoire que l’on ne te plante pas un scalpel dans l’abdomen histoire de savoir où se planque ton litre de café quotidien.
De manière plus personnelle, tu n’aimes pas plus que ça constater tous tes points communs avec Astrid, ça te donnes presque l’impression que tu ne peux pas changer, pas évoluer, tu essaies malgré tout, mais tu aspires à être plus que ça, à avoir ta propre individualité. Et malgré tout, tu sais que si tu es dérangée par ça, c’est parce qu’elle t’a donné cette colère, cette grande gueule. Et puis, malgré tout, tu l’apprécies quand même et c’est tant mieux puisque vous avez à vivre ensemble.
Indépendante et fière, un peu casse cou, tu as du mal également à supporter le gouvernement et tout son paternalisme. C’est grâce à sa politique de protection des citoyens que tu as du travail, avec tous ces trains, il faut bien que certains aient besoin de réparations et autres révisions régulières, mais l’omniprésence des règles de sécurité fait monter la pression des quartiers défavorisés, et cela, tu le vois bien chaque jour, quand tu passes du quartier ouest au quartier Sud pour aller travailler. Là bas, tu sens l’atmosphère se tendre, tu as déjà pu voir des bastons dans des ruelles, trois types y entraînent un quatrième, trois types ressortent de la ruelle. À l'arrivée, pas de corps, pas de sang, rien, preuve s'il en est que les Irréels tels que toi sont les premières victimes dans cette chaudière sociale. Il faut quelqu’un en bas de l’échelle, et c’est les gens comme toi qui se trouvent à cette place, de bons boucs émissaires, une manière d’évacuer la pression, peut-être. Mais tu ne veux pas finir là, alors tu te caches, tu serres les poings car malgré ta grande gueule, tu es assez intelligente pour savoir que contester tout le système de manière frontale c’est risquer d’être récupérée par les laboratoires et d’être mise à mort, comme une mauvaise herbe dans ce grand parterre de fraises.

L'histoire

Six mois, un beau bébé, six mois d’existence et tu marches depuis le premier jour, six moins, et tu rapportes déjà ta paie à la maison. Il n’y a pas à dire, mais les Irréels fonctionnent quand même plus vite que les Réels. En six mois, il ne s’est pas passé tant de choses que ça, en six mois,  tu n’as pas eu le temps d’évoluer pour de vrai, tout juste de faire quelques pas. Tu as été créée il y a six mois, Dakota, par une jeune femme lassée de tout, énervée par le monde, pleine de ressentiment pour l’éducation qui avait fait d’elle ce qu’elle était, Astrid Ealisaid Prochazka. Astrid. Sans doute aurait-il mieux valu qu’elle réfléchisse plus, qu’elle imagine mieux, qu’elle eut une idée claire de l’Irréel qu’elle voulait pour lui tenir compagnie, car ce qu’elle avait en tête n’était certainement pas toi. Et pourtant, dans la clinique un peu louche où elle avait décidé de dépenser ses sous, c’était toi qui t’étais matérialisée. Le processus d’imagination avait dû être un peu mouvementé, les pensées de ta Réelle un peu confuses, des réminiscences avaient dû remonter à la surface, des idées enfouies, refoulées, intériorisées ont surgi, se sont incorporées à l’image qu’elle se faisait de toi. Qui sait ? Les rouages de l’intellect humain sont bien complexes, difficile de voir à quel moment tout s’était emmêlé. Le processus était réussi, Astrid avait son Irréelle, une jeune femme qui semblait avoir à peine la trentaine, un âge sans doute important pour Astrid, puisqu’il signifiait son émancipation, son divorce. Tu es une Irréelle réussie, ton corps ne présente aucun défaut de fabrication, tes capacités cognitives sont remarquables, mais ce n’était sans doute pas ce qu’Astrid avait voulu au début.
Elle voulait une compagnie, quelqu’un de simple, avec qui vivre sans devenir folle dans son grand appartement. Et tu étais tout sauf calme, simple, discrète. Que faire alors ? Te rapporter au labo, te laisser à a science ? Heureusement pour toi, elle ne le fit pas, sans doute avait-elle vu quelques parts d’elle dans son Irréelle, son reflet déformé, son propre désir d’indépendance, sa résolution à ne plus baisser les yeux face aux injures, dans ta bouche, si elle trouvait des injures, c’était bien celles qu’elle avait toujours eu envie de murmurer, toi, tu les criais à sa place. La collocation pouvait commencer.
Pour éviter que tu ne restes toute la journée enfermée dans l’appartement, ce qui aurait en effet pu conduire à un malheur, et parce que tu n’aimais pas rester sans rien faire, il fallut te trouver un boulot, pour cela, vous avez démarché les industries du quartier Sud d’Edernys. Là bas, tu constatais la qualité de vie des Irréels, envoyés sans états d’âme travailler à la chaîne là où les risques étaient les plus élevés. D’un commun accord, vous décidiez de te faire passer pour humaine, toute solide que tu étais, tu préférais en effet éviter de te faire manger un bras sur une chaîne de montage. Il te fallait des papiers pour bosser comme une vraie Réelle, heureusement, Astrid avait un portefeuille assez garni pour te faire faire une carte avec ton nom, ta photo, des origines campagnardes. Pour les recruteurs, tu étais Dakota Spitznogle, une jeune femme débarquée d'Alrun où elle avait déjà pu bosser sur des tracteurs et déchargé des bottes de paille. Finalement, tu finissais par rentrer dans un atelier en tant que mécanicienne, après un bref stage de mise à niveau payé de la poche d’Astrid et des cours du soir sur les moteurs de locomotive donnés par ton ingénieure de Réelle. Les débuts furent durs, chaque matin et chaque soir, tu te retrouvais dans un train, le même train que ceux sur lesquels tu devais ensuite bosser, entourée de tes collègues un peu trop lourds, un peu trop crétins parfois, mais qui apprenaient à respecter ceux qui pouvaient porter à bout de bras un bidon de 20 litres de lubrifiant et descendre plus de bières qu’eux, et tu faisais partie de cette dernière catégorie.
Un boulot, un toit, une colocataire qui avait les mêmes goûts que toi sinon le même tempérament, et tout allait bien, si ce n’est un secret à cacher et l’amour des animaux que tu avais hérité d’une Astrid frustrée par une mère puis un mari allergiques à tout poil. Tant et si bien qu’en six mois, votre appartement accueillait déjà deux chats et un chien que tu sors allègrement chaque jour, plusieurs fois par jour, avant qu’il ne pose un cake sur le paillasson.  
Et sinon?

Pseudo : Palimpseste/Linwë
Age : 18 oh my god.
Personnage sur l'avatar : Ymir – Shingeki no Kyôjin/Attack On Titan
Comment as-tu connu le forum : ( ͡° ͜ʖ ͡°) genre il y a fort longtemps mais entre temps j’ai vécu deux ans chez les masochistes hein.
Une dernière chose à dire ? heeeeeeeeeeeeeeeeeeeeey.
Revenir en haut Aller en bas
Lyall Koïlir Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 781
Age : 26
Fiche de présentation : Find Me
Sexe :
  • Féminin
Habitation : Quartier Nord, Fondation Rhea Silva
Sexualité : Ne pas en parler
Humeur : Curieuse
avatar
Irréel
MessageSujet: Re: d a k o t a • ain’t need no hype   Lun 28 Avr - 2:30

Et Coucouuuuuuuuuu 8)

Un joli duo que vous nous avez fait là !!

J'aime beaucoup Dakota, ça promet pour la suite !!!

Encore une fois, très bonne fiche, vous marquez des points !

Pour celle ci, je crois que j'ai deux petits points qui me titillent :

L'insertion de Dakota dans l'industrie en tant que pseudo fille venant d'Alrun, c'est ok, mais il faudrait possiblement parler de faux papiers (obtenus d'une façon ou d'une autre).
Après, si j'ai raté ça dans vos fiche, j'en suis bien désolée +____+ (il est quelle heure bordel ?!)

Ensuite tu parles des corps sans vie et sans gouttes de sang. C'est impossible pour les Irréels. Une fois morts, ils disparaissent (sans laisser de trace 8D) : plus de détails ici



Pour le reste, le nouvel event a mis en place un nouveau recensement d'Irréels avec apposition d'un tatouage (forme code barre), et pour ma part je pense que vous pourrez très bien en parler dans vos prochains RPs, pour savoir si Dakota va fuir ça où s'y soumettre ...


Mais voilà, comme pour Astrid, après les modifs, je vois rien d'autre et j'attends l'intervention d'une de mes collègues pour ajouter des points et/ou valider, mais pour moi c'est bon sinon !!!


o/ à très vite et encore bienvenue sur Illuvis !!!

_________________



____

Forever and ever:
 
Revenir en haut Aller en bas
Cyrius Berkam Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 2340
Age : 26
Fiche de présentation : Pour en savoir plus sur Cyrius
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Dans des môtels dans un peu tout Edernys
Sexualité : Avec Ismahen.
Métier : Retraité forcé.
Humeur : Tendu & harassé
avatar
Réel
MessageSujet: Re: d a k o t a • ain’t need no hype   Lun 28 Avr - 3:20

Gnnnnnnnnnnnnnnnniiiiih >w< WELCOUME.

Super fiche, que j'ai pris grand plaisir à lire (comme pour Astrid huhuhu). Quoi dire de plus, vu que Lyall a pointé les deux petits "bémols" à modifier ? .w.

Ah ben si je sais : j'suis pressée de te voir jouer Dakota et je kiffe ses compliments *shot* ♥

_________________




[19:41:24] Ismahen Chahine : a force de boire de la bière, c'est qu'il commence à avoir des abdos Kro, le vioque


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: d a k o t a • ain’t need no hype   Lun 28 Avr - 11:29

Hop, j'ai changé ces deux petits points et comme je suis gentille, je vous met ce que j'ai mis.

Citation :
[...] tu le vois bien chaque jour, quand tu passes du quartier ouest au quartier Sud pour aller travailler. Là bas, tu sens l’atmosphère se tendre, tu as déjà pu voir des bastons dans des ruelles, trois types y entraînent un quatrième, trois types ressortent de la ruelle. À l'arrivée, pas de corps, pas de sang, rien, preuve s'il en est que les Irréels tels que toi sont les premières victimes dans cette chaudière sociale.

Citation :
D’un commun accord, vous décidiez de te faire passer pour humaine, toute solide que tu étais, tu préférais en effet éviter de te faire manger un bras sur une chaîne de montage. Il te fallait des papiers pour bosser comme une vraie Réelle, heureusement, Astrid avait un portefeuille assez garni pour te faire faire une carte avec ton nom, ta photo, des origines campagnardes. Pour les recruteurs, tu étais Dakota Spitznogle, une jeune femme débarquée d'Alrun où elle avait déjà pu bosser sur des tracteurs et déchargé des bottes de paille. Finalement, tu finissais par rentrer dans un atelier en tant que mécanicienne [...]

Et puis pour l'event, je pense qu'on en parlera plutôt un peu en RP, surtout vu que j'ai cru comprendre que la partie 2 était encore en cours. On aura qu'à dire qu'elles ont préféré attendre un peu et ne pas agir de manière suspicieuse avant  que les choses ne se calment, au cas où ?


(btw, 2:30, 3:20 ? Vous êtes des grandes malades je vous aime)
Revenir en haut Aller en bas
Lyall Koïlir Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 781
Age : 26
Fiche de présentation : Find Me
Sexe :
  • Féminin
Habitation : Quartier Nord, Fondation Rhea Silva
Sexualité : Ne pas en parler
Humeur : Curieuse
avatar
Irréel
MessageSujet: Re: d a k o t a • ain’t need no hype   Lun 28 Avr - 11:41

Parfait !!

Pour l'event ; oui justement, comme ça ça vous laisse le choix, histoire de gouter un peu à l'ambiance et si jamais vous souhaitez faire des RPs avant que cette histoire de tatouage soit mis en place 'w'

C'est tout bon alors, je vais de ce pas te valider !

Bienvenue nue chez les violets 8)

_________________



____

Forever and ever:
 
Revenir en haut Aller en bas
Cyrius Berkam Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 2340
Age : 26
Fiche de présentation : Pour en savoir plus sur Cyrius
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Dans des môtels dans un peu tout Edernys
Sexualité : Avec Ismahen.
Métier : Retraité forcé.
Humeur : Tendu & harassé
avatar
Réel
MessageSujet: Re: d a k o t a • ain’t need no hype   Lun 28 Avr - 13:41

Dakota a écrit:
(btw, 2:30, 3:20 ? Vous êtes des grandes malades je vous aime)


lolface on t'aime aussi huhuhu.

Bravo pour ta validation et merci de l'édit dans ta fiche \o/

_________________




[19:41:24] Ismahen Chahine : a force de boire de la bière, c'est qu'il commence à avoir des abdos Kro, le vioque


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: d a k o t a • ain’t need no hype   Dim 4 Mai - 20:35

Très belle fiche ! Moi qui ne suis pas fan des textes écrits à la deuxième personne, ici ça se lisait très aisément :D

Hâte de croiser ton perso ;)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: d a k o t a • ain’t need no hype   

Revenir en haut Aller en bas
 

d a k o t a • ain’t need no hype

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de hype
» Macadam l'écureuil roux trop hype
» Hype pour les 1500eme
» Virée Shopping [Terminé]
» Noctis HYPE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illuvis ::  :: Corbeille :: Anciennes fiches-