Partagez | 
 

 Living or dying doesn't matter ~ Presa E. Stahl [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité avatar
MessageSujet: Living or dying doesn't matter ~ Presa E. Stahl [100%]   Mar 9 Sep - 15:49



Presa STAHL
… whatever.

______



La base

Nom : Stahl
Prénom(s) : Presa, un nom d'emprunt. Elle est la seule à connaître son vrai prénom, et ne le donnera pas si facilement.
Age réel : 28 ans
Statut civil : Réel
Métier : Assistant du Troisième Conseiller
Sexualité et statut: Lesbienne célibataire
Lieu d'habitation : Une maison en campagne pour le week-end, un appartement à Edernys
Description physique :
Presa est une jeune femme à la silhouette svelte, mesurant un bon mètre soixante-douze pour soixante-six kilos. Elle a de longs cheveux qui lui arrivent au creux des reins, teints d'une rose léger qui peut sembler être du blanc selon l'angle de vue et la luminosité. La toute première chose que l'on remarque en posant les yeux sur son visage, ce n'est ni son regard d'acier ( et qui en a la couleur ), ni ses lèvres fines, ni son nez plutôt pointu. C'est bel et bien la cicatrice qu'elle porte sur sa joue droite. Ensuite seulement, on remarque le reste. Ses formes sont plutôt bien dessinées, ni trop, ni pas assez. Ce qu'il faut où il faut. Peut-être une taille un peu moins marquée, cela dit. Qu'importe ...


Vestimentairement parlant, hé bien … Presa affectionne tout particulièrement les costumes nobles d'une certaine époque. La dentelle est ce qu'elle préfère. Elle ne porte quasiment jamais de bijoux, et les rares fois où elle le fait, c'est un pendentif totalement caché par sa tenue habituelle : un long manteau bleu dont l'intérieur du col est rouge, avec des broderies dorées, toujours ouvert. En dessous se trouve généralement une chemise blanche, ou bien plus rarement un corset de la même couleur. Elle porte également toujours des gants noirs. Pour le bas, c'est simple : souvent une jupe de la même couleur que son manteau, et des chaussures montantes à lacets, ouvertes sur le devant à partir de la cheville et blanches allant jusqu'à mi-cuisses. Les sous-vêtements ? En dentelle, et c'est tout ce que vous saurez. Cependant, lorsqu'elle est au travail, elle garde son manteau et ses gants rangés sagement, et ne porte pas ses chaussures fétiches à lacets. Elle fut contrainte de porter quelque chose de plus "professionnel", lui a-t-on dit ... Son choix s'est porté sur des bottines, ou des bottes lorsqu'il fait mauvais temps, par-dessus des collants opaques. Concernant ses yeux, elle ne porte jamais de lentilles de contact trop extravagantes quand elle travaille. Exit le violet, le blanc ou le orange, elle se contente de la couleur naturelle de ses yeux. Et en de rares occasions, lorsqu'elle n'a pas de réunion importante - et souvent lors des interrogatoires, car il paraît que cela lui donne un air un peu plus ... mauvais ? -, il se peut qu'elle mette ses lentilles rouges. Après tout, avec sa peau pâle, et ses cheveux assortis, on dirait une albinos ...


En parlant de ça ... Un petit bonus ? C'est parti. Elle a une petite affection pour les lentilles de contact colorées. Elle en a quelques unes, mais la plupart du temps, lorsqu'elle en met, ce sont les rouges qui trouvent grâce à ses yeux, sans mauvais jeu de mots.


Le caractère

Impérieuse. Presa, c'est le genre de femme qui déteste qu'on lui tienne tête. Elle ordonne, on obéit. Et si ce n'est pas le cas … Elle devient très vite acerbe. Elle est autoritaire naturellement, et assez colérique. Mais attention, ce n'est pas souvent la grosse colère, avec le ton qui hurle et qui insulte à tout-va … Non, Presa, c'est plutôt la colère noire et calme, celle dont il faut se méfier davantage. Elle ne hausse pas la voix, et reste calme, mais vous saurez à sa façon de parler et de manipuler les mots qu'il ne vaut mieux pas continuer sur le terrain emprunté, car cela peut coûter cher …


Taciturne. La demoiselle n'aime pas gaspiller sa salive pour rien. Les actes valent mieux que les mots pour elle. Elle écoute énormément, enregistre les choses dans un coin de sa tête, et sait se servir de toutes ces informations stockées dans sa boîte crânienne. Elle ne parle que lorsqu'elle y est obligée, ou pour répondre à des interrogations qu'elle juge pertinentes. De même, elle n'intervient que lorsqu'elle a quelque chose à dire, ou à critiquer.


Cynique. Presa se moque totalement du monde qui l'entoure. Tout est bon à être critiqué. L'ironie est son arme fétiche, toute aussi effilée que la pointe d'une lame. Il y a peu de choses en lesquelles elle a foi, et cela se voit clairement dans sa manière d'être avec le monde. Elle a ses opinions et convictions, et elle les gardera jusqu'au bout, quitte à faire preuve d'insolence et d'irrespect envers ceux dont elle ne trouve aucun intérêt personnel à respecter. Vous voulez la faire changer d'avis ? Bonne chance, vous en aurez besoin.


Egoïste … à sa façon. Eh oui, la jeune femme ne se préoccupe pas du monde qui l'entoure. Elle se fiche de tout et de tout le monde. Rien n'a d'importance, pas même sa propre existence. Il est extrêmement rare qu'elle aide quelqu'un de son propre chef, sans rien demander en retour. En revanche, si on le lui demande, et qu'elle y trouve son compte … Il se peut que vous la voyiez faire une bonne action. Mais comment a-t-elle pu arriver à son poste au gouvernement dans ce cas ? Oh, elle sait très bien feindre les sentiments et les bonnes volontés, quand elle y est forcée ... Bien qu'elle n'aime pas avoir recours à ce genre de stratagème.


Rancunière. Ne vous avisez pas de lui planter une dague dans le dos, c'est très risqué. Presa a une excellente mémoire, presque eidétique, et se souvient très précisément de beaucoup de choses, surtout le mal qu'on lui fait. Et s'il faut attendre une dizaine d'années pour atteindre le point culminant de sa vengeance, vous pouvez me croire, elle attendra et vous le fera payer. Se salir les mains elle-même ne la dérange absolument pas, bien qu'elle préfère avoir recours à des méthodes plus sournoises et vicieuses. Elle pourrait jouer de ses relations pour vous faire perdre votre travail et enrayer vos chances de retrouver de quoi gagner votre vie, par exemple …


Glaciale. La jeune femme n'aime pas être dérangée. Si ce n'est pas elle qui initie une conversation, vous aurez droit au masque de fer et de glace, posé sur ses traits impassibles et austères. Elle n'est clairement pas amicale, et ne recherche pas forcément la proximité avec les gens. Elle ne fait totalement confiance à personne.


Réfléchie. Tout être n'est pas dénué de qualité, c'est donc le cas de Presa également. Elle sait parfaitement garder son sang-froid dans n'importe quelle situation, même la plus folle qu'il soit, le fait qu'elle se moque de son sort aidant franchement à cela. Elle arrive à réfléchir en profondeur et à analyser les situations avec précision, ce qui l'aide pas mal dans son travail il faut bien l'avouer. En revanche, elle cède assez aisément à la provocation, étant tout de même un peu hautaine et détestant qu'on lui fasse la moindre remarque. Moquez-vous de quelque chose qui lui tient à cœur, c'est le meilleur moyen de s'assurer de la déstabiliser. De plus, certains mots ou insultes la font réagir, dans un sens plus ou moins positif. Le résultat est le même : cela la déconcentre, et elle ne peut donc plus vraiment utiliser correctement sa capacité.


Tenace et têtue. C'est très simple : Presa n'abandonne jamais. Qu'elle ait tort ou raison, ce n'est pas ce qui compte pour elle. C'est de mettre un terme à ce qu'elle a commencé. Et elle n'aura de repos que lorsqu'elle sera satisfaite de son engagement et qu'elle l'estime terminé. Chaque tâche pour elle, c'est comme au travail, ni plus ni moins.


Téméraire, ou inconsciente, c'est selon le point de vue. La jeune femme se fiche totalement de son propre sort. Après tout, pour elle, vivre ou mourir, il n'y a aucune différence, car elle n'a rien à accomplir pour le moment. Tout le monde vit, tout le monde meurt, d'une infinité de façon. Et Presa n'a que faire de comment elle quittera ce monde. Ni quand. Vous pourrez la menacer d'un couteau ou d'une arme à feu, rien ne changera pour elle. Elle agira avec la même insolence, sans craindre de mourir.


Mystérieuse. La demoiselle ne parle jamais d'elle. Et pourtant, elle a bel et bien des passions. Mais son intolérance assez violente envers les moqueries et critiques lui font préférer la voie de l'intériorisation, préférant garder ses loisirs pour elle seule. Je vous renvoie au côté rancunier pour savoir ce qu'il vous attend si vous osez vous moquer d'elle ? Non ? Bien.


Il y a encore d'autres facettes de sa personnalité, mais jusqu'ici, vous avez une bonne idée de la personnalité de Presa, n'est-ce pas ? Quant à ses opinions politiques et populaires … Eh bien, le fait qu'elle travaille au gouvernement ne l'empêche pas de voir avec son cynisme habituel le travail de ses plus ou moins éminents collègues … Elle a sa propre vision de choix politique, mais elle préfère le garder pour elle. Elle n'est pas stupide, clamer haut et fort ce qu'elle pense avec son statut serait pure folie, et adieu son travail … A propos des Irréels, eh bien … Elle n'en a strictement rien à faire. Tant qu'ils ne font pas d'histoire et qu'ils la laissent vivre en paix, ils peuvent faire leur vie dans leur coin.


Pour finir, Presa ayant participé comme cobaye aux premiers tests officiels et légaux de l'Illuvis, la capacité qu'elle a développée est très utile, surtout pour sa supérieure directe … En effet, elle est capable de faire preuve de capacités mentales décuplées, sous certaines conditions. Presa doit être totalement calme et maîtriser ses émotions d'une part, et doit avoir des informations de base d'autre part. Par exemple, il lui est possible d'analyser le langage corporel d'une personne, mais si elle n'a pas d'informations plus précises sur son état mental, il se peut qu'elle se trompe. De plus, si on la provoque et que cela l'affecte, elle n'aura pas accès à toutes ses facultés et pourra porter des jugements faussés et hâtifs. Elle n'a d'ailleurs pas entièrement conscience de l'intégralité des opportunités que cette capacité lui confère, se concentrant sur l'analyse logique de son environnement, comme elle l'a toujours fait.


L'histoire

Il était une fois deux âmes sœurs qui se rencontrèrent. Ils tombèrent instantanément amoureux l'un de l'autre, et vécurent ensemble pendant des années et des années. Ils eurent des hauts et des bas, mais leur amour triomphait de tout. Ils se marièrent et conçurent une petite fille. Ils étaient les parents les plus comblés du monde, noyant de bonheur leur enfant. Cela aurait pu être une belle histoire, à l'exception du fait que ce n'est pas du tout ce qui s'est passé pour la petite « Presa ». Pourquoi des guillemets me direz-vous ? Eh bien parce que le nom de la petite fille qui nous intéresse pour cette histoire est un faux, qu'elle a rendu officiel d'elle-même.


Presa a vécu son enfance sans père. Sans le savoir, elle n'est pas née comme elle aurait dû l'être. Elle fut conçue in vitro. Sa mère l'a élevée quelques années, seule, lui ayant menti sur la provenance de son père. En réalité, elle avait souhaité un enfant sur un coup de tête. Oui, cette femme avait un grave trouble psychologique, qui la poussait à commettre beaucoup d'erreurs sous le coup de l'impulsivité exacerbée par sa maladie. Alors comment a-t-elle pu obtenir des juges la garde d'un enfant ? En ayant recours à ce qu'elle savait faire de mieux : mentir. Lorsqu'elle voulait quelque chose, elle faisait tout pour l'obtenir. Elle masqua donc ses troubles mentaux, mue par le désir d'avoir cet enfant, et cela fonctionna. Tous les tests pratiqués furent positifs, et elle put avoir l'aval nécessaire à cette conception. Lorsque la petite fut née, nommée et en âge de comprendre ce que lui disait sa mère, elle avait raconté à sa fille que son père était un militaire, parti loin, très loin en mission, et qu'il ne reviendrait que d'ici plusieurs années. Une décennie, peut-être. Sauf que le temps dégrada leur relation. La mère ne supportait plus de s'occuper d'une enfant de cinq ans. Elle l'abandonna en lui crachant la vérité au visage. Bien sûr, notre jeune enfant n'avait pas tout saisi des mots employés par sa mère, mais elle avait très bien compris cette phrase : « je ne veux plus de toi, je ne t'aime plus, je ne veux plus jamais te revoir. » Dur à entendre pour une gamine, n'est-ce pas ? Elle fut placée en pension, avec un suivi psychiatrique en supplément. Elle était arrivée toute tremblante, meurtrie dans son petit cœur innocent d'enfant, ses vêtements mouillés par ses larmes qu'elle versait régulièrement. Elle ne comprenait pas pourquoi sa mère avait fait ça. Elle ne comprenait pas pourquoi elle devait ingérer autant de substances dont elle ignorait totalement la provenance, les effets ni même leurs noms. Tout son petit monde se résumait à un seule mot, une seule interrogation : « Pourquoi ? ». Pourquoi sa mère l'avait abandonnée ? Pourquoi ne l'aimait-elle plus ? Pourquoi elle était ici ? Pourquoi les hommes en blancs étaient aussi gentils avec elle ? Pourquoi les autres enfants la regardaient bizarrement ? Pourquoi était-elle toujours toute seule ? Tellement de questions dont les réponses lui échappèrent toute son enfance durant …


Sa solitude lui fit d'abord beaucoup de mal dans ses plus jeunes années. Puis vint l'accoutumance. Elle ne remarquait plus les regards persistants et dérangeants des autres enfants. Elle se mit à détester progressivement celle qui l'avait mise au monde. Elle maudit ses mensonges sur l'existence de son père. Elle alla même jusqu'à détester son propre prénom, pourtant si joli et symbolique … Elle ne supportait plus qu'on l'appelle de son nom. Durant son temps libre, elle lisait énormément toutes sortes de livre. Elle apprenait, se divertissait, s'échappait dans ces mondes, laissant la réalité là où elle était, bien loin de son esprit. A l'approche de ses dix ans, on lui avait offert un nouveau livre fantastique qu'elle adora, et dont l'héroïne lui rappelait son passé. Elle s'était identifiée à ce personnage fictif, et décida qu'on l'appellerait comme elle. Presa. Ses  crises de colère lorsqu'on l'appela par son vrai nom s'intensifièrent, jusqu'à parfois des accès de violence. Elle fut calmée à coup de médicaments. Un traitement de deux ans s'ensuivit, et elle retrouva finalement un bon équilibre mental. Elle se concentrait sur l'apprentissage. Elle n'avait que ça, de toute façon. Apprendre, encore et encore, telle était sa raison de vivre. Elle n'avait aucun plan d'avenir, aucun loisir, si ce n'était lire encore et encore, s'isolant des autres, n'ayant que faire de leur sort. Après tout, ils l'avaient laissée toute seule alors qu'elle avait besoin d'eux, non ? Pourquoi ne ferait-elle pas la même chose ? Même l'attitude des adultes lui faisait pitié. Leur condescendance était abjecte à ses yeux. Mais ça, elle se gardait de le dire. Elle était logée, nourrie et « récompensée » pour être une fille obéissante et dont on pouvait être fier de son travail.


C'est à ses quatorze ans que sa première passion vit le jour. La jeune fille et d'autres enfants et adolescents de la pension où elle était furent invités en sortie dans une serre, en campagne. Une serre et des champs de fleurs, cultivées pour les fleuristeries d'Alrun et d'Edernys. Tant de couleurs, d'odeurs, de formes, de tailles … Presa en était émerveillée. Elle profitait d'ailleurs de ses résultats pour obtenir du gérant de la pension qu'il se débrouille pour pouvoir lui permettre de retourner visiter cette serre de temps en temps. La propriétaire était une femme d'âge mûr, dont le mari était décédé, la laissant seule avec sa fille qui avait deux ans de plus que l'orpheline. Cette dernière apprenait d'ailleurs beaucoup de choses à Presa, qui changeait totalement de personnalité à son contact. Elle était devenue une jeune adolescente curieuse, qui souriait et qui … s'amusait ? Oui, c'était le mot. Elle s'amusait. Mais dès qu'elle devait rentrer, son visage reprit sa froideur et sa dureté habituelles. Elle adorait s'occuper des fleurs en compagnie de son amie Léana, la fille de la propriétaire de la serre. Malheureusement, ce que l'orpheline ne savait pas, c'est que la maladie qui avait emporté le père de sa première et unique amie était héréditaire, et que Léana en était atteinte. Ce fut plus que de l'amitié qui les lia finalement, mais elles n'eurent pas beaucoup de temps pour en profiter. La jeune adolescente aux fleurs mourut dans une étreinte innocente avec Presa, au milieu de la roseraie. La brutalité avec laquelle c'est arrivé, et avec l'effet de surprise en prime, la jeune orpheline trébucha et tomba en arrière, la joue s'embrochant sur des épines d'une des fleurs présentes. Depuis ce jour, Presa ne souriait plus de bonheur. Plus rien n'avait d'importance pour elle, à part perpétuer la mémoire de celle qui comptait le plus pour elle. Chaque année, elle revenait déposer une rose sur laquelle elle avait versé quelques gouttes de son sang sur sa tombe, pour se remémorer ce jour.


Le jour de ses dix-huit ans, Presa demanda l'émancipation à son tuteur. Elle voulait être libre, étudier comme elle le désirait, et enfin effacer toute trace de son ancien nom. Devenir officiellement et légalement Presa Stahl. L'administration étudia son cas, et fut favorable en vue de ses résultats et de son autonomie. Son statut d'enfant abandonné et son prénom originel étant vraiment très peu commun, on l'autorisa à le modifier. Et ce fut chose faite. Dix-huit ans après sa naissance qu'elle qualifiait d'artificielle, elle put se débarrasser de son prénom qu'elle haïssait tant. Elle fit des études en botanique, allant aider le week-end la mère de sa défunte amie. Mais ça, c'est un secret qu'elle n'avouera pas. Elle appréciait la compagnie de cette dame. En un sens, elle était sa mère de remplacement. Ca non plus, jamais elle ne l'avouera.


Cependant, Presa avançait dans la vie sans s'être fixé de but, maintenant qu'elle avait terminé ses études et travaillait. Son passe-temps était toujours d'apprendre et de s'occuper de son petit jardin. Mais pourquoi avancer ? Qu'avait-elle à y gagner ? Elle ne vivait pas. Elle en était consciente. Elle survivait, c'est tout. Alors il y a deux ans, quand elle a entendu qu'une nouvelle substance allait être testée sur des cobayes volontaires, elle s'inscrivit sans réfléchir. Elle se fichait des effets de la chose. Elle espérait juste que ça allait la tuer. Mais non. Ce fut raté. Et non seulement la bestiole qu'on lui demanda de faire venir fut un échec, mais en plus elle incarnait toutes ses idées noires et se suicida d'elle-même, avant qu'on ne la fasse disparaître. Pour couronner le tout, plusieurs mois après avoir frôlé l'overdose, elle se surprit à voir ses capacités intellectuelles grimper en flèche. Elle apprenait plus facilement, retenait les choses avec plus d'aisance, et surtout, elle arrivait à avoir un sens logique en béton. Elle fit le rapprochement avec l'Illuvis. Et le gouvernement s'en mêla, évidemment … Elle avait saisi, suite à la décision de recenser tous les irréels par le Conseil qu'ils avaient une idée derrière la tête. Peut-être même qu'ils étaient déjà au courant que l'Illuvis était capable d'offrir aux gens des capacités spéciales ? Si c'était le cas ... Elle pourrait peut-être trouver un sens à sa vie, offrant ses services à la Troisième Conseillère chargée notamment du Renseignement ? Ainsi, la jeune femme pourrait s'illusionner en se disant qu'elle pouvait faire bouger les choses à sa façon. Quelle vision naïve ... Et elle en était consciente. Mais c'était ça ou la décrépitude jusqu'à la mort. Elle avait sa propre opinion sur la politique actuelle, pas forcément très reluisante d'ailleurs, mais bon. Elle réussit à obtenir un rendez-vous avec Katrina Adamson, sans trop savoir comment elle avait pu convaincre la conseillère d'ailleurs. Probablement avait-elle déjà réussi à obtenir des informations sur les tests qu'elle avait passé deux ans auparavant ? Leur entrevue passée, Presa réussit à prouver qu'elle était capable de leur apporter beaucoup de choses très profitables pour eux, et surtout pour la Troisième. Aujourd'hui, la jeune femme est devenue l'assistante directe de Katrina Adamson. D'ailleurs, cette membre du conseil est la seule personne à connaître son véritable prénom, et elle se sert de cette information d'une manière plutôt déplaisante pour Presa … Mais ça, c'est une autre histoire ...


Et sinon?

Pseudo : Y'en a tellement, donc à vous de voir /o/ Mais apparemment, ça serait Pres'Purée pour ici, merci Dam :')
Age : 20
Personnage sur l'avatar : Prussia ( female ) d'Hetalia
Comment as-tu connu le forum : Par partenariat
Une dernière chose à dire ? Je refélicite tout le staff et ceux qui ont participé à monter ce forum, parce qu'il en faut du dévouement, du courage et de la ténacité pour arriver à obtenir quelque chose d'aussi complexe et développé, avec autant de petits bonus ( drapeaux, carte …), ce qui est très appréciable, surtout quand c'est aussi bien foutu et expliqué :3 Cependant, j'aurais peut-être une petit suggestion à faire, avec les prédéfinis. Je trouve que la visibilité du statut libre ou pris d'un prédef n'est clairement pas assez visible. Peut-être changer le statut de place sur la fiche du prédef, et d'augmenter la taille de la police ? Simple suggestion :)

Revenir en haut Aller en bas
Cyrius Berkam Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 2340
Age : 25
Fiche de présentation : Pour en savoir plus sur Cyrius
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Dans des môtels dans un peu tout Edernys
Sexualité : Avec Ismahen.
Métier : Retraité forcé.
Humeur : Tendu & harassé
avatar
Réel
MessageSujet: Re: Living or dying doesn't matter ~ Presa E. Stahl [100%]   Mer 10 Sep - 0:02

Hellow ! ('fin re hellow !)

Bienvenue sur Illuvis (comment ça, ça doit faire 2-3 fois que je le dis ?). \o

Après lecture de ta fiche – très intéressante uwu et bien écrite – je me permets de relever quelques points à modifier. Je vais faire ça dans l'ordre de lecture (et non pas comme aujourd'hui, en mode décousu au possible).

♦️ le lieu d'habitation : si ta demoiselle est assistante de Katrina, elle ne peut pas vivre en campagne, pour la seule et bonne raison qu'en termes de temps de trajet, elle ne pourrait jamais faire d'allers et retours en une journée. Il est toutefois possible qu'elle ait un logement en ville pendant la semaine, et que le week end, elle s'en retourne du côté d'Alrun et ses hameaux ! =)

♦️ s'agissant de la description physique cette fois-ci : ta demoiselle travaillant au gouvernement, il est peu plausible – surtout vu le niveau hiérarchique où elle est – qu'elle puisse réellement s'habiller aussi « excentriquement ». Qu'elle soit axée sur les vêtements anciens, pourquoi pas, mais les gants sont plutôt à proscrire (à part en extérieur), de même que trop d'originalité ._.
Pour ce qui est de cheveux, merci d'avoir bien précisé la teinture .w. et pour les yeux, même remarque que pour les vêtements, peut-être éviter – si possible – trop d'originalité /: … (pour les cheveux, difficile d'être mitigée en revanche, vu qu'on a permis pas mal de choses (oui hein, expliquons la logique de l'explication)).

♦️ s'agissant plus particulièrement du caractère, c'est le concept égoïste/rien n'a d'importance, pas même son existence... Les gens du Gouvernement sont plutôt recrutés avec un critère de « on veut le bien-être de la population ». Donc peut-être faudrait-il préciser qu'elle le feint (à ce compte là) ? De même, à un moment tu dis que ta miss sait garder son sang-froid dans n'importe quelle situation, mais à côté de ça, elle ne sait maîtriser son pouvoir que quand elle est calme et qu'elle maîtrise ses émotions. '^' du coup, ça me paraît être un peu paradoxal... à voir si tu peux nuancier ou modifier du coup. =)

♦️ concernant cette fois-ci l'histoire : j'ai du mal à considérer que l'on ait pu laisser faire une fivete à une femme souffrant de troubles psychologiques. Il me semble que des tests ont lieu à ce sujet lorsqu'on veut avoir un enfant via de l'aide médicalisée. Après, est ce qu'elle aurait pu avoir quelque chose illégalement ? Ce serait à voir...

« Elle avait raconté à sa fille que son père était un militaire, parti loin, très loin en mission, et qu'il ne reviendrait que d'ici plusieurs années. Une décennie, peut-être. » → sur ce point, nous sommes d'accord qu'elle l'a dit en tant que mensonge à une enfant pas encore capable de discerner qu'on ne va pas plus loin qu'Alrun et la campagne environnante, mais qu'en aucun cas ça n'arrive dans la « vraie vie » edernyenne ? 'o'

S'agissant le fait d'avoir été montrée au Conseil, ce n'est pas possible, étant donné que seuls Krhys Brook et Mathilde Delacroix l'ont été. Toutefois, il est sûr et certain qu'ils ont pu l'interroger et qu'elle ait pu voir une opportunité pour sa vie ! =3


Pour le reste, je suis en tous cas d'accord ! Le changement de prénom est bien expliqué, l'histoire est triste (oui quand même hein), et plus jamais je ne verrai les fleurs de cette façon omfg (parce qu'elle a quand même une belle cicatrice du coup O_O).

Voilà voilà, je te laisse modifier ça – si jamais les autres ont des remarques à faire, ben ma foi, je les laisse poster à la suite – et si jamais tu veux des précisions ou autre n'hésite pas ! ♥️ =3

_________________




[19:41:24] Ismahen Chahine : a force de boire de la bière, c'est qu'il commence à avoir des abdos Kro, le vioque


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Damian Gillies Date d'inscription : 19/10/2013 Messages : 1282
Age : 25
Fiche de présentation : Mais qui a éteint la lumière?
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Quartier Sud
Sexualité : Gay ascendance très ouvert. Célibataire
Humeur : Massacrante
avatar
Illuvien
MessageSujet: Re: Living or dying doesn't matter ~ Presa E. Stahl [100%]   Mer 10 Sep - 1:00

J'ai réveillé l'administratif en moi... et mon verdict est sans appel.

Avec toutes ces modifs, tu as droit à... UN SEAL OF APPROVAL

_________________
Damian communique désormais en OrangeRed (code couleur #FF4500)






Revenir en haut Aller en bas
Caleb Stain Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 771
Age : 23
Fiche de présentation : Coucou
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Sur la route
Sexualité : Inderterminée pour l'instant
Métier : Révolutionnaire?
Humeur : Énervé.
avatar
Irréel
MessageSujet: Re: Living or dying doesn't matter ~ Presa E. Stahl [100%]   Mer 10 Sep - 21:53

Bienvenuuuuue (officiellement) \o/ Si tu veux on peut se faire le RP où Katrina embauche Presa! Histoire d'amener le personnage dans les règles :3

(et j'aime beaucoup ta fiche, c'est déprimant avec la petite musique par contre ;w;)

_________________
J'écris en Darkorchid maintenant >:3

______




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: Living or dying doesn't matter ~ Presa E. Stahl [100%]   Mer 10 Sep - 22:27

Merci tout le monde :3 Contente que ça plaise \o/


Pas de souci Caleb, je t'envoie un MP du coup /o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Living or dying doesn't matter ~ Presa E. Stahl [100%]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Living or dying doesn't matter ~ Presa E. Stahl [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ever Living rule
» Living crappily ever after • PV
» DMITRI & JAYCEE ♒ What's the matter with you ?
» you don't have to find out you're dying to start living ▲ solange.
» ★ Darkness will always be there, no matter what we do... ★

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illuvis ::  :: Corbeille :: Anciennes fiches-