Partagez | 
 

 ♦ Venceslas Sorovski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité avatar
MessageSujet: ♦ Venceslas Sorovski   Mer 12 Juin - 0:14



Venceslas SOROVSKI
Pourquoi être simplement impertinent lorsque avec un tout petit effort on arrive à être insupportable ?

______


La base

Nom : Sorovski
Prénom(s) : Venceslas
Age apparent : 27 ans
Age réel : 21 ans
Statut civil : Irréel se faisant passer pour un réel
Métier : Videur dans une boîte de nuit vaguement miteuse où l’essentiel des bénéfices se fait très certainement en-dehors de la légalité
Sexualité et statut: Pas très regardant sur le sexe de la personne avec qui il couche, et inclination sensible bien que refoulée pour son propre créateur
Lieu d'habitation : Une chambre de bonne dans le quartier Sud (dont le plafond penché, à sa grande exaspération, l’empêche de se tenir debout dans la moitié de la pièce), où il séquestre qu’il partage avec son créateur
Description physique : Dieu merci, son créateur n’a pas infligé à Slas des caractéristiques ostensiblement irréelles. Exit les yeux violets et les cheveux bleus de certains Irréels, Slas arbore des prunelles vertes et des cheveux roux, beaucoup plus humains – même si question discrétion, avoir une chevelure aussi flamboyante n’est pas optimal. Vraisemblablement en plein fantasme de virilité, son créateur s’est senti obligé de le munir d’une silhouette tout en longueur - ce qui lui permet de dominer en taille la majorité de la population humaine, avantage incontestable lorsqu’il s’agit de prendre l’air imposant pour faire taire les malotrus -, d’épaules larges et de bras dont la musculature est en totale inadéquation avec la véritable activité sportive de Slas. Résultat, il est plutôt rare qu’on lui cherche des noises, en particulier lorsqu’il applique sur son visage son fameux masque de tumtouchejtebouffe qui, par la grâce de sourcils froncés et de regards assassins, incite toute personne sensée à le fuir. Ceci dit, le visage de Slas est plus accoutumé à afficher le sarcasme. Sourire ironique au coin des lèvres et étincelle moqueuse dans le regard, il apparaît perpétuellement désinvolte, dans sa démarche jusqu’à sa manière de tirer sur sa cigarette. Cigarette qui mérite bien d’être signalée au rang de particularité physique tant elle semble ne jamais devoir quitter le coin de sa bouche. Le fait est que Slas est un fumeur intensif ; non que le tabac lui fasse grand effet, mais il éprouve une fascination inextinguible pour la fumée de ses mégots, danseuse aérienne et évanescente.


Le caractère

Sale caractère, j’vais pas vous mentir. Si son créateur avait pour but de se fabriquer un protecteur loyal et un ami pour la vie, autant dire que c’est loupé ; en matière de compagnie, on fait beaucoup mieux que Slas.
Faut dire que le rouquin est très doué pour faire fuir les importuns si besoin, avec des airs remarquablement bougons et des grommellements de mauvais augure. Mauvaise humeur qui ne dupe pas ceux qui le connaissent bien : il peut bien avoir l’air aussi grognon qu’il veut, Slas demeure foncièrement inoffensif - pour peu qu’on ne le provoque pas. Si nécessaire, il sait même se faire apprécier assez facilement, grâce à un charisme indéniable (que même l'odeur de tabac froid qui l'environne souvent n'arrive pas à altérer, c'est dire). Lorsque Slas déploie ses talents de séduction, on a terriblement envie de croire ce qu'il raconte, et d'être d'accord avec lui. Et c'est bien parce qu'il est terriblement charismatique que Slas peut être dangereusement manipulateur. Faire d'autrui son pantin est une activité excessivement réjouissante, à laquelle il ne se livre que parcimonieusement, mais toujours avec une joie féroce. Victime numéro un, son créateur est complètement sous son emprise – à tel point que ce n'est même plus drôle de jouer avec lui. Il va falloir que Slas se trouve une nouvelle marionnette, un de ces jours.
D’une maturité limitée, et doté d’une tendance avérée à ne rien prendre au sérieux, il n’était clairement pas fait pour les responsabilités. Je-m'en-foutiste notoire, son flegme à toute épreuve en exaspère plus d'un. Mais le fait d’être affligé d’un créateur à peine capable de se garder lui-même en vie a obligé Slas à prendre les choses en main pour leur survie à tous les deux ; résultat, le rouquin est devenu plutôt débrouillard, capable après quelques mois de se mouvoir dans le monde avec aisance, et de prendre en charge l’espèce de gamin qui l’a créé (imaginez le boulot, pour s’occuper de quelqu’un qui a la maturité d’un enfant de six ans et l’appétit d’un homme de vingt...). Enfin, cela ne l’empêche pas d’arborer son éternel air nonchalant et un sourire moqueur qui trahit bien assez son incapacité à prendre les choses au sérieux. Demandez-lui de prendre position sur n'importe quel sujet un peu politique et il vous éclatera de rire au nez. Au fond mieux vaut prendre tout ceci comme une bonne grosse blague, n’est-ce pas ? Éminemment sarcastique, Slas ne peut s'empêcher de laisser régulièrement échapper une pique acide ou un haussement de sourcils équivoque, ce qui suffit à faire croire à son interlocuteur qu'il se paie sa tête. Alors que non : la première victime de son second degré omniprésent est généralement Slas lui-même – il ne se prend pas lui-même au sérieux, c'est dire..
Mais faudrait pas le prendre pour un clown quand même, hein. Parce que ce n'est pas exactement le genre de garçon à se mettre un nez rouge pour faire marrer les petits enfants, soyons honnêtes. La vérité c'est que Slas a quelques penchants particulièrement sombres. Un goût un petit peu trop prononcé pour la souffrance d'autrui, disons. (Enfin, celle de son créateur, surtout.) Même s'il a tendance à éviter les confrontations directes (la possibilité de se faire démolir la figure ne l'attirant que très modérément), Slas a pour la violence une inclination assez malsaine. Et, si l'on gratte suffisamment sous la surface de nonchalance qu'il affiche, un côté quelque peu extrémiste : non, Slas n'est pas du type à faire les choses à moitié, quitte à en faire beaucoup trop – genre, dégainer un marteau piqueur pour casser une noisette, vous voyez le style.
Faut que vous sachiez aussi, c'est important, que le rouquin ne vit pas très bien le fait d’être un Irréel. (Doux euphémisme pour qualifier ce qu’il pense de son statut d’objet vivant tiré d’un fantasme douteux du crétin qui lui sert de créateur.) D’accord, il fait des économies formidables en bouffe, vu que manger est optionnel pour lui. (Et entre nous, vu qu’il a déjà du mal à joindre les deux bouts, ce serait vraiment une catastrophe s’il devait se nourrir lui-même en plus de son affamé de créateur.) Mais bon. Le mépris latent des humains pour les Irréels le hérisse complètement, et il donnerait n’importe quoi pour être humain lui aussi, pour avoir le droit de saigner et d’avoir faim et surtout, pour avoir un rang dans la société supérieur à celui d’un paillasson. Et comme ce n’est pas possible, ça le rend furieux. Et cette colère latente, permanente, refait régulièrement surface. De manière explosive parfois, sous forme d’accès de fureur imprévisibles, impressionnants et brefs (un peu soupe au lait le rouquin, faut l’avouer), dont la première victime est généralement son infortuné créateur. Sans doute serait-il plus productif de vouer toute cette énergie à défendre les Irréels, à leur accorder la place qu'ils méritent dans le monde (c'est-à-dire, au moins égale à celle des humains). Mais pour ce qu'il a vu jusqu'à présent, Slas considère que c'est une cause vouée à l'échec. A moins de frapper un très grand coup, m ais pour le moment Slas n'a pas les compétences requises pour poser une bombe dans une avenue bondée d'humains. Dommage, y'a des jours où ça lui plairait bien.


L'histoire

Je ne suis qu'un rêve. Tissé de songes et de cauchemars, fantasmagorique chimère, je ne suis que douce illusion, mirage éveillé. Je suis l'Ami imaginaire, le Gardien des secrets, je suis son ange gardien et son pire ennemi, le fantôme accroché à ses pas, son double, son poids sur la conscience, son utopie. Je suis fruit de son imagination, je suis un coin de son âme grignoté d'obscurité. Je ne suis rien qu'un rêve.
Mais mon poing sur ta gueule, tu vas le sentir.
Un miracle matérialisa le mirage et me voici, créature née de rien désormais tangible.
Me créer fut sûrement une des pires erreurs de Kolia. Mais il avait besoin de moi. Je le sais ; sa mémoire est en moi. Je sais qu'il était ce gamin sans amis sans attaches, mortellement seul – inadapté au monde. Je sais qu'il rêvait, à la lisière de sa conscience, d'un être qui verrait autre chose en lui que le phénomène de cirque aux cheveux blancs, d'un ami un protecteur, à qui enfin il pourrait vouer une confiance absolue. Je sais qu'il avait désespérément besoin de quelqu'un mais il n'aurait jamais dû me choisir moi. Si tant est qu'il m'ait choisi. Je suis sa chose.
Il n'était pas assez fort pour Illuvis, ou peut-être que le dealer qui lui a permis de me créer n'a pas bien dosé le produit. Il a failli y passer, après quoi il a mis des semaines à s'en remettre physiquement. Et dans son esprit, tout s'est effacé, mélangé, il a perdu pied et quand il a repris conscience, j'étais là. Le rêve devenu réalité.
Kolia ne savait plus qui il était. Pauvre petite chose fragile. Tellement naïf, tellement crédule. Il était si facile de le plier à mes désirs, d'en faire ce que je voulais. Quand il a repris conscience j'étais là et je suis devenu son monde. Alors peu à peu j'ai pris le contrôle de lui, jusqu'à son âme. J'en ai fait ma chose. Je l'ai persuadé, jusqu'au plus profond de lui, qu'il n'était qu'un objet, ma création, qu'il n'était qu'un Irréel dont l'existence ne dépendait que de moi. Il se laisse faire, je le déteste d'être aussi faible. Je suis devenu son maître. Le rêve devenu cauchemar.
A vrai dire j'aurais préféré me débarrasser de lui et mener ma petite vie dans mon coin. Y'a pas écrit nourrice sur mon front, ce gars éthéré dans mes pattes, non merci. Sauf que j'ai assez vite réalisé deux choses. Petit un, Kolia est un aimant à emmerdes. Le genre de type tellement poisseux qu'il pourrait crever rien qu'en traversant la rue. Petit deux, s'il meurt je meurs. D'où la conclusion suivante : je dois le garder en vie, en conséquence, je dois veiller personnellement à ce qu'il continue gentiment de respirer (entre autres).
Alors ça fait quelques mois maintenant qu'on survit comme ça. Je le supporte plus ou moins, je lui ramène à bouffer et je lui garde un toit au-dessus de la tête. En ce moment ça se passe plutôt bien pour nous, on a enfin une vraie maison (même si c'est tout petit. Même si je me prends tout le temps ce stupide plafond penché dans la tête. C'est chez nous), et moi j'ai un job. Mais au début, c'était vraiment pas facile. Moi je débarquais de nulle part (de l'imagination tordue d'un funambule raté, en fait), autant vous dire que j'étais un chouïa déboussolé. Et les souvenirs que Kolia m'a refilé ne m'ont pas tellement aidé, il y avait surtout des images de sa vie au cirque et ce genre de trucs, aucun mode d'emploi sur Comment survivre à Edernys en étant non humain et affligé d'un créateur qui tient plus du boulet que de l'homme bien portant.
J'ai fait ce que je pouvais, c'était pas bien glorieux, mais j'ai vite compris un truc capital : personne ne devait savoir que je suis un Irréel. Sinon, c'est le début des emmerdes, enfin, je vous passe les détails. Du coup, j'ai fait tout ce qu'il fallait, j'ai traîné dans les coins les plus glauques de la ville pour me procurer des faux papiers (et, avant ça, l'argent nécessaire à leur achat), je me suis attribué le formidable nom de Venceslas Sorovski qui maintenant orne ma carte d'identité humaine. (En fait, c'est Kolia qui m'a baptisé ainsi et je ne suis pas trop sûr de savoir pourquoi j'ai gardé ce nom.)
J'ai continué à galérer pendant des semaines, mais tout ceci a été fort instructif, et j'ai fini par trouver mon boulot actuel. Videur, on pourrait appeler ça, dans un établissement assez douteux, mais honnêtement, je m'en fous. On me demande juste de garder un oeil sur ce qui se passe à l'entrée et de prendre l'air imposant quand il faut refuser l'accès à quelqu'un, c'est tout à fait dans mes cordes. En plus, de nuit, mon visage est suffisamment flou pour que personne ne soupçonne que je suis un Irréel.
En parlant d'Irréels... J'en croise assez souvent, en fait. Certains ne sont vraiment pas discrets, d'ailleurs - difficile de passer inaperçu avec des cheveux arc-en-ciel ou des oreilles d'animaux, en même temps. Je ne comprends pas pourquoi ils ne se rebellent pas une bonne fois pour toutes. Ils – nous – sommes nombreux. L'autre jour, j'en ai rencontré un qui avait l'air encore plus paumé que moi après ma naissance, et essayait de se procurer des papiers. Depuis, ça m'est arrivé deux-trois fois de diriger des gamins perdus dans les bas-fonds pour trouver les bonnes personnes pour ce qu'ils cherchaient. Moyennant une commission, cela va de soi. Hé, ho, y'a pas écrit Bonne Poire sur ma tête, je fais pas la charité. C'est que j'ai un créateur à nourrir, moi ! Tout ce qui peut arrondir nos fins de mois est bon à prendre.
Sur ce, j'vous laisse, la nuit tombe et moi je pars taffer.


Et sinon?

Pseudo : Slas conviendra tout à fait
Age : 19
Personnage sur l'avatar : Scotland de Hetalia
Comment as-tu connu le forum : Par une certaine demoiselle O'Aodhan, qui n'a pas eu grand-chose à faire pour me convaincre de venir par ici je dois avouer..
Une dernière chose à dire ? Je vous annonce l'arrivée prochaine du créateur de Venceslas dans les scénarios, disons, un de ces jours quand j'aurais retrouvé son brouillon de fiche
A part ça pour les crédits : la citation tout en haut est de Oscar Wilde, les icônes tirées d'un fanart de 0712jenny sur DA.

Revenir en haut Aller en bas
Aemilia F. O'Aodhan Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 1365
Age : 24
Fiche de présentation : Let's meet here will ya?
Sexe :
  • Féminin
Habitation : Une petite maison en campagne
Sexualité : Hétéro, maman
Métier : Capitaine de l'armée d'Edernys
Humeur : Troublée
avatar
Militaire
MessageSujet: Re: ♦ Venceslas Sorovski   Mer 12 Juin - 0:35

Toi. La. Oui toi.
Tu es. Morte. Mais vraiment morte. *Sort son fouet en jetant un regard noir mais amuse a c'te vieille folle et eclate de rire * RHaaaa mais la surprise quoi! Et une bonne vraiment! Contente de t'avoir la ma belle <3 <3 (meme si tu auras ton pain, promis XD)

En tout cas felicitations. Je pense bien que tu m'as battue quant au nombre de lignes XD (j'ai pas osé compter il est taaard XD) et j'ai pris (mode sérieux on) grand plaisir a te lire. Niveau contexte....ca m'a l'air tout bon (ton pauvre Createur me fait pitié pauvre bete...) donc voila :3 Je laisse Calou te valider et te souhaite de bien t'amuser parmi nous <3

....et je te tuerai en toute amitié ensuite :3

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Caleb Stain Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 771
Age : 23
Fiche de présentation : Coucou
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Sur la route
Sexualité : Inderterminée pour l'instant
Métier : Révolutionnaire?
Humeur : Énervé.
avatar
Irréel
MessageSujet: Re: ♦ Venceslas Sorovski   Mer 12 Juin - 0:37

Hellow, bienvenue sur Illuvis! J'aime les validations éclair comme ça ♥

En tout cas je vais enfin avoir l'honneur de te rencontrer, depuis le temps que Lia nous parle de toi lolface

Amuse toi bien parmi nous!

_________________
J'écris en Darkorchid maintenant >:3

______




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Cyrius Berkam Date d'inscription : 20/02/2013 Messages : 2340
Age : 25
Fiche de présentation : Pour en savoir plus sur Cyrius
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Dans des môtels dans un peu tout Edernys
Sexualité : Avec Ismahen.
Métier : Retraité forcé.
Humeur : Tendu & harassé
avatar
Réel
MessageSujet: Re: ♦ Venceslas Sorovski   Mer 12 Juin - 14:35

Bienvenue ! J'ai kiffé ta fiche ! megusta

Amuse toi bien parmi nous \o

_________________




[19:41:24] Ismahen Chahine : a force de boire de la bière, c'est qu'il commence à avoir des abdos Kro, le vioque


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ♦ Venceslas Sorovski   

Revenir en haut Aller en bas
 

♦ Venceslas Sorovski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illuvis ::  :: Corbeille :: Anciennes fiches-