Partagez | 
 

 C'est juste une course. Oui hein - Tamia L. Awel'Din [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité avatar
MessageSujet: C'est juste une course. Oui hein - Tamia L. Awel'Din [Abandonné]   Jeu 14 Mar - 0:25

Putain. Le zoo quoi.
Ouais, Montgomery avait beaux être dans ce monde depuis peu de temps, il savait quand même les endroits qui craignaient plus que les autres. Des enfants qui regardent des singes, des enfants qui regardent des girafes, des enfants qui regardent des crocodiles. Toute la putain de faune possible au monde réuni dans le même endroit chelou. Non c’était jolie, et la première fois qu’il était venu, il avait même bien kiffé comprendre ce qu’était en vrai, des animaux en cage. Enfin des trucs un peu plus exotiques que les habitants de cette ville quoi. Bref il avait bien aimé, mais comme il préférait rester au service de sa créatrice, il avait pas encore trop voulu partir du quartier nord. Du coup le zoo maintenant, il connait.

Il connait et il sait que c’est rempli de familles qui font semblant d’être heureuse, des humains réels dont la plus grande préoccupation doit surement être l’existence des irréels comme Monty lui-même. Ouais vous comprenez, c’est chelou de se droguer pour créer des êtres pas humains. Mais ce bon vieux Montgomery divaguait encore dans des réflexions inutiles. Y avait un truc important, le zoo, il connait.
Il connait et il sait que c’est rempli d’être innocent, de gens biens, et des gens de toute la ville. Des gens qui respectaient la loi à la base. Alors bon, Monty c’est un fifou. Il s’en fout pas mal que sa créatrice veuille prendre de la drogue. Quelque part si cette herbe lui faisait de l’effet, il en prendrait surement aussi. Et faire ce genre de transactions, ça le connait maintenant. Mais au milieu d’un zoo…

Non vraiment, il aimait pas le fait qu’il allait devoir sortir des gros billets pour acheter de l’herbe alors que tout ce beau monde virevoltaient autour de lui. Le pire c’est que, il connait pas la personne qui va lui vendre de la drogue. Techniquement c’est de ça qu’il devrait avoir peur. De comment ça va se passer. Si un connard était assez debile pour vendre de la drogue en plein zoo, on voit pas trop pourquoi il en profiterait pas pour tenter de faire quelque chose de mal à un irréel paumé. Mais non, lui tout ce qu’il l’atteignait, c’était la présence des êtres innocents autour de lui. Pourtant il a jamais était enfant, il sait pas ce que c’est d’en être un, mais il a une sorte de sœur à la maison, qui est presque une gamine (qu’il s’efforce d’ailleurs de protéger en lui achetant de la drogue, tout est narmol).

En même temps, j’ai un peu envie de dire, « don’t fuck with Monty ». Le mec tu sais pas si c’est un irréel. Tu sais pas qu’il n’a pas l’expérience d’un humain pour la vie. Mais ce que tu sais, c’est qu’il fait 1M80, qu’il a un long manteau noir, qu’il a classe, et aussi, qu’il pourrait te briser le bras sans raison. Calme toi, c’est pas le cas, mais c’est l’impression qu’il sait donné. Même s’il aimait bien rigoler et faire des conneries, dans ce genre de rencontre il savait très bien prendre un air très sérieux, et effrayer la plupart des gens qui font face à lui.
Whatever, Monty arriva au lieu précis, un coin assez reculé, à côté d’un enclos vide. Les humains les plus proches étaient a priori à quelques dizaines de mètres… Il sortit son liquide pour bien recompter. Le stress commençait à le gagner. Ce sentiment la, il avait vraiment l’impression de pas assez le vivre. Et si ça se passait mal. Et s’il devait se battre ? Une certaine excitation monta en lui… Soudain il cacha trés rapidement son argent quand un enfant passa à seulement quelque metres de lui, en le regardant et disant.

« Papa, papa, le monsieur il avait pleins de billets, pourquoooooiiii ? »


Le père, gêné, pris son fils dans ses bras, et lui fit comprendre de se taire, puis chuchota des mots dans son oreille que Monty ne put entendre.
Ouf, c’est pas passé loin. Le jeune brun s’insulta intérieurement, maudissant son côté psychopathe. C’est exactement ce genre de scène qu’il aurait voulu éviter.
Putain. Le zoo quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité avatar
MessageSujet: Re: C'est juste une course. Oui hein - Tamia L. Awel'Din [Abandonné]   Jeu 14 Mar - 12:15

Noir. Il faisait noir. La chambre de Tamia transpirait de larmes. Les murs étaient repeints de peines et de souffrances. L'absence avait été supportée par l'assurance qu'Imad avait toujours réussit à traverser les épreuves. Il avait perdu sa femme. Vu sa fille s'éloigner pour étudier. Il s'était retrouvé seul et assurait à chaque visite de sa fille que tout allait bien. Que rien ne changerait, lorsqu'elle reviendrait, il serait toujours là, dans cette maison. Son père adoptif, elle était partie le voir. Mais son père qui l'avait élevée, n'a pas répondu lorsqu'elle a frappé à la porte. Parce que son vrai père qui l'a aimée pendant des années était mort, Imad... Tami pouvait se consoler en pensant qu'il avait retrouvé Nadezhda, sa femme, mais le tabou des croyances empêchait la jeune fille de trouver ce réconfort. Tapis dans le noir, elle pleurait les larmes qui voulaient bien sortir comme des lames de rasoir qui l'aurait pénétrée dés lors qu'on lui apprit la triste nouvelle.

Sonnerie.

Bien loin de Tam' l'envie de quitter les draps humides de son lit pour répondre. Elle n'était pas d'humeur à parler à qui que ce soit. Tamia ne voulait même pas sortir de sa chambre. Il s'agissait probablement de Wethan... Elle avait tant de choses à lui dire à lui... D'abord son « agression » au bar où elle travaillait. Et pire. Son interrogatoire avec Sylark. Comment allait-il réagir à cela ? Elle était dans la ligne de mire des agents du gouvernement ! Enfin non, que d'un seul. Un qui lui avait promit de lui accorder quelques jours de « répit ». Elle ne devrait pas le croire mais naïve qu'elle était, cela lui permit de se lever. Si Tamia aurait à sortir, il ne l'embêterait pas. Pas aujourd'hui.

Décrochant le téléphone, elle entendit la voix de son frère. Ses jambes se mirent à trembler alors qu'elle tentait de cacher sa tristesse et sa douleur. Tamia n'était pas une grande comédienne mais au travers d'un téléphone, c'était toujours faisable. Wethan ne lui demanderait pas si elle allait bien. Au-delà de ne pas être un grand sentimental sensible et alerte envers les autres, il se moquait bien de comment elle allait. Tamia ignorait l'heure, du matin ou du soir qu'il était. Le noir avait coupé tout rapport entre elle et le monde. Mais il lui faudrait bien retrouver ses repères. Encore ce dealer qu'elle avait fait « enfermer ». Il avait une livraison à faire et ne pouvait alors techniquement pas la faire. Etant donné que c'était à cause de Tamia, elle devait continuer à « payer » l'argent qu'elle faisait ainsi perdre à Wethan. Parce que oui, quand les dealers se faisaient prendre pour « protéger » quelqu'un de l'organisation, une petite prime lui était versée pour qu'il garde le silence. Le réseau de Weth était assez bien constitué pour que les deux cerveaux ne puissent être impliqués sans témoignage concret.

Encore le quartier nord du coup. A cette idée, Tami repensa à la dernière fois. Ce client... étrange mais intéressant... le rencontrerait-elle sur sa route ? Les chances étaient minces. Il avait l'air d'être un client de marque et les clients de marques n'étaient jamais livrés dans leur propre quartier afin d'éviter toute suspicion. Mais là, il s'agissait d'une livraison plus « banale ». Une femme aux cheveux verts, yeux verts, taille moyenne, plutôt grunge. Accompagnée d'un homme d'environ un mètre quatre-vingt, brun, yeux clairs, long manteau noir, dans un coin du zoo. C'était toujours très mince les informations qu'on lui donnait. Mais pour le bien des deux parties, Tamia n'avait pas de nom. Mais avec une fille aux cheveux verts ça devrait être plus simple que la dernière fois. Alors que Tami se décida à sortir, elle se demanda si elle devait trouver les deux ou juste l'un des deux... Elle soupira. Trop de choses dans sa tête... elle ne pouvait pas rester concentrée.

Le colis était à récupérer au « dépôt » qui se trouvait au quartier Sud. Peut-être la raison pour laquelle Wethan avait de suite pensé à elle pour cette course. Tamia se rendit chez le conservateur qui lui donna le sachet. Ce n'était pas de l'Illuvis. Cette drogue qui était contenue dans de petites fioles. Non, c'était juste de l'herbe... C'était moins palpitant que la drogue en vogue mais aussi plus facile à remarquer. Enfin, Tamia n'en était plus à ce genre d'inquiétudes. Pour l'heure, bien trop de choses la préoccupaient pour ne pas penser à tout ça. C'est donc sans plus de craintes qu'elle prit le train pour arriver jusqu'au quartier nord. Dans ce dernier, elle sorti son lecteur. Regardant l'écran un court instant, elle sourit. Il l'avait fait rire, Sylark. Malgré son travail, il avait l'air d'être un type bien. Elle le rangea.

Le lieu de rendez-vous était plutôt insolite. Un zoo pour ce genre de course, ce n'était pas le top discret mais en même temps, qui penserait à un trafic de stupéfiant dans ce genre d'endroits ? Tamia marchait d'un pas lent, prêtant faussement attention aux animaux en cage. Elle n'avait pas de rapport particulier avec ces bêtes. Même si elle avait grandit dans la campagne, ce n'était pas vraiment son délire. Il y en avait des plus attirants que d'autres, des plus gentils que d'autres, tant de différents qu'au final c'était comme les êtres humains : il y en avait de toute sorte et il fallait choisir lesquels on voulait regarder, ceux que l'on voulait prendre affection et ceux que l'on voulait laisser de côté. Tami sourit. Pourquoi penser à tout ça ? Cela n'était pas pertinent. Elle devait se rendre au lieu de rendez-vous. Quelqu'un la bouscula.

- Oh pardon ! S'excusa-t-elle pensant être la fautive.
- Non, ce n'est rien tu... tu as fait tomber quelque chose...
- Ah ? S'interrogea Tamia en regardant par terre avant de voir qu'il n'y avait rien et de reporter son regard sur l'homme.
- Ton sourire... répondit-il élégamment en souriant avant de s'en aller.

Quel personnage... étrange... D'accord, cela eut le mérite de faire sourire Tamia qui, ainsi, chassait toutes ses idées noires. Elle resta un instant immobile avant de se secouer la tête. Elle devait retrouver les clients ! Marchant d'un pas plus sûr et rapide, elle finit par atteindre le point de rendez-vous. Il n'y avait qu'un homme. Comment l'aborder... La jeune fille resta un instant coi.

- Papa, papa, le monsieur il avait pleins de billets, pourquoooooiiii ? Retentit une voix d'enfant.

Tamia leva la tête vers l'homme, puis vers l'enfant, puis à nouveau vers l'homme. C'était son client. Elle attendit que le petit soit écarté par son père avant de s'approcher. Tami n'était pas du genre très timide mais plutôt très facilement intimidée. Elle prit une inspiration pour regorger son courage avant d'interpeller l'homme.

- Bonjour, belle après-midi, hein ? Déclara-t-elle innocemment. Je... euh... vous êtes seul ? L'interrogea la jeune fille qui se demandait où était la fille aux cheveux verts dont on lui avait parlé.
Revenir en haut Aller en bas
 

C'est juste une course. Oui hein - Tamia L. Awel'Din [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'est juste une course. Oui hein - Tamia L. Awel'Din [Abandonné]
» Virée arrêtée - Tamia L. Awel'Din -- Terminé
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illuvis ::  :: Corbeille :: RPs abandonnés-