Partagez | 
 

 "J'ai jamais eu le sens de l'orientation." [Walter C. Burnes & Eskä Vowel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité avatar
MessageSujet: "J'ai jamais eu le sens de l'orientation." [Walter C. Burnes & Eskä Vowel]   Dim 2 Fév - 20:18


J'avais vu une belle affiche ce matin, toute bordée de rouge et d'or. Une banderole bordeaux la traversait de part en part et clamait qu'aujourd'hui, à partir de 14h, une jeune chanteuse de rue se produirait dans le quartier Est, sur une des places.
Alors, soyons clairs sur un point. Habituellement, ce genre de représentations, je n'en ai strictement rien à carrer. Les spectacles de jonglerie et autres pitreries m'ennuient comme la mort. Même les chanteurs, habituellement, me font fuir.
De plus, mon quartier de prédilection, c'est l'Ouest. L'Est ne m'inspire qu'appréhension et angoisse, avec tous ses grands bâtiments et ces chiens du Gouvernement qui y traînent H-24...
Mais cette fois, et j'ignore totalement pourquoi, cette affiche m'a frappé, avec ses couleurs de décorations de Noël et ses reflets dorés. La jeune femme en photo avait été prise légèrement de trois quarts. Elle portait de belles boucles d'oreilles rondes et blanches, qui tombaient le long de la courbe de son cou, encadrant un visage de nacre chapeauté de boucles blondes. Un visage de mère aimante, prête et à border et à dégainer les comptines. J'écarquillais des yeux gros comme des ballons une dernière fois, comme pour capter toutes les subtilités de l'ovale, avant de tourner lentement le pas vers le quartier Est.

14h. Là, pour le moment, je suis plus en gros stress qu'autre chose. La place en question, avec la chanteuse et tout et tout, ben... j'y suis pas du tout. Je me suis perdu je crois. Bravo très cher Eskouille, la prochaine fois que tu me proposeras de partir en expédition comme ça, rappelle moi de te foutre une bonne beigne.
Forcément, avec ma connaissance du coin proche du zéro absolu, je commence à angoisser un chouilla. Chaque passant a l'air de me dévisager. Comme s'ils pouvaient le lire sur mon front : « IRRÉEL ILLEGAL ». Je prends mes jambes à mon cou. Plus le temps de poireauter.
Je cours à en sentir le sang battre dans ma tempe. Je ne me demande même plus où peuvent être cette foutue place et cette foutue chanteuse.
Je veux juste partir d'ici.

19h. J'ai couru tout l'après-midi. Hors d'haleine, j'ai fini par m'écrouler sur le bord du trottoir. Je n'ai pas réussi à sortir de ce foutu quartier. La nuit commence déjà à tomber, et je ne me sens pas du tout en sécurité sur ces pavés. J'ai bien peur d'avoir besoin d'un abri pour ce soir. Que faire ? M'infiltrer chez quelqu'un par une fenêtre laissée ouverte par inadvertance ? Trouver une bouche d’égout descellée et m'introduire dans le conduit ? Ou même un vieux cabanon à vélos ? Dépité, et toujours un peu sur mes gardes, je commence à m'avancer dans la ruelle. Quelques pas plus loin, je remarque dans la foule un fessier à ma hauteur. Non pas que le fessier m'intéresse, non, qu'il soit propriété d'un homme ou d'une femme. Cependant, dans la poche arrière du pantalon noir, je vois se dessiner la forme d'un portefeuille plutôt garni. Immédiatement, je chasse cette idée de mon pauvre crâne. Non non, mon pauvre Eskä, tu n'es quand même pas tombé aussi bas. Tes goûts de luxe et tes angoisses irrationnelles t'auraient-elles donc transformé en l'un de ces mange-cacas de pickpockets ? Non, non, non, je refuse catégoriquement. Néanmoins... Le contenu de ce joli porte-monnaie suffirait largement à m'offrir une nuit dans un petit hôtel, même miteux. Non, non, arrête de penser à ça. Je me frappe la tête d'un coup de paume. Sur ces belles paroles, je passe devant un grand bâtiment, dont la devanture attire mon œil. Devant moi se dresse un grand hôtel aux allures luxueuses, précédé d'une toile blanche immaculée couvrant l'allée d'entrée bordée de fleurs rouges. Une des fenêtres du rez-de-chaussée est allumée, je jette un œil : les rideaux sont ouverts, et je peux distinguer la forme d'un grand lit qui pourrait m'accueillir quatre fois, bordés de draps blancs aux allures bien plus confortables que le pavé devant moi. Je tique. Oh, et puis merde. Au diable la bonne conscience. Je me jette à la poursuite du fessier aperçu auparavant. Ca y'est, je le vois, il est là, devant moi : j'accélère le pas, passe à proximité du pantalon tant convoité, et jette ma main dans la poche arrière, avant de sentir une main enserrant mon bras.
Revenir en haut Aller en bas
Walter C. Burnes Date d'inscription : 19/11/2013 Messages : 240
Fiche de présentation : Formulaire de présentation
Sexe :
  • Masculin
Habitation : Quartier est
Sexualité : Darenophile
Métier : Supermadministrateur
Humeur : Administrative
avatar
Gouvernement
MessageSujet: Re: "J'ai jamais eu le sens de l'orientation." [Walter C. Burnes & Eskä Vowel]   Lun 3 Fév - 13:24

Une nouvelle journée de travail venait de se terminer. Ça avait été une bonne journée, selon les critères de Walter. Des tonnes et des tonnes de formulaires à remplir, tamponner, agrafer, trier... Il avait aussi dû houspiller l'un de ses employés. Non, vraiment, une bonne, très très bonne journée. Walter aurait même pu se risquer à dire « excellente ». C'était donc tout naturellement que Walter avait présenté ses papiers, au moment de quitter le centre, pour rejoindre son quartier de résidence, à l'est, via tout un cheminent de transports en commun qu'il connaissait par cœur.

Mais les habitudes de Walter furent rapidement perturbés, dès qu'il eut mit un pied en dehors du dernier bus de son voyage. Qu'est-ce que c'était que cette foule ? Et cette banderole colorée ? Hurgh... c'était affreux. Il osait espérer que cette manifestation populaire avait reçu l'aval du gouvernement. Walter se surprit même à fantasmer. Si cela n'avait pas été le cas, alors chacune des personnes présentes aurait eu un formulaire à remplir. Autant en dire que Walty en aurait fait une crise d'apoplexie.

En attendant, et ce n'était pas que ça l'enchantait, Walter était coincé au milieu de la foule, alors qu'il essayait de s'y frayer un chemin, cramponné d'une main à son attaché-case, le visage toujours habillé de cette même expression neutre. Il s'arrêta à mi-chemin, jetant un coup d’œil désintéressé à la scène. Il osait espérer que les formulaires d'autorisation pour une émission de musique dans un espace publique avaient été dûment rempli, et que des autorisations spéciales avaient été accordés au cas où cette musique devait être diffusé pendant les heures de tapages nocturnes. Il était déjà prêt à remplir les formulaires de plaintes dans le cas contraire.

Walter allait se remettre en route lorsqu'il sentit quelque chose le toucher. Quelque chose qui était définitivement humain. Fin quand je dis humain... C'était pas un objet, et c'était pas un animal, ça il en était certain. Et ne vous faites pas d'idées mal placées, c'était seulement une main qu'il avait senti, et pas autre chose. Il arrêta prestement la dite main, pivota vers son propriétaire, le détailla de haut en bas, puis fixa son regard sur son visage.

« Merci de ne pas toucher ma personne sans avoir au préalable rempli une demande expresse par le biais d'un formulaire. Si votre cible est mon porte-feuille, situé dans ma poche, sachez que vous devez également remplir un formulaire avant de pouvoir me dérober. Me privez de mes possessions sans mon autorisation est un délit punissable par la loi. Souhaitez-vous remplir le formulaire de vol ? »

… Alors oui, Walter était carré. Il aurait pu se faire menacer par un couteau, il aurait en prime ajouté qu'il fallait remplir une autorisation spéciale pour ça aussi.
Revenir en haut Aller en bas
 

"J'ai jamais eu le sens de l'orientation." [Walter C. Burnes & Eskä Vowel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "J'ai jamais eu le sens de l'orientation." [Walter C. Burnes & Eskä Vowel]
» Comment peux-tu te connaître si tu ne t'es jamais battu ? | shane
» Calliope + Je n'ai jamais compris le sens du mot vivre
» Entraînement d'orientation
» Ally et son splendide sens de l'orientation.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illuvis ::  :: Corbeille :: RPs abandonnés-